Réussir Aviculture 23 mars 2012 à 12h08 |

Abattoir Gaye liquidé - Maïsadour crée les Fermiers du Périgord

La reprise de l’abattoir Gaye élargit de quatremillions de têtes la production de Fermiers du Sud-Ouest et améliorera sa logistique.

Abonnez-vous Réagir Imprimer

En redressement judiciaire, l’abattoir Gaye de Terrasson en Dordogne, a été repris par la coopérative Maïsadour. Pour la somme de 200 000 euros, Maïsadour acquiert les actifs, les salariés (160 sur 200) et le fonds de commerce.Dépassant 14 millions d’euros, les dettes ne sont pas reprises. Les 20 000 m2 de poulaillers de dinde appartenant à la famille Gaye sont récupérés par une société de production commune à Maïsadour et la coopérative Terres du sud. Celle-ci les gérera pour élever du poulet standard. Désormais, les dindes proviendront de chez Gastronome, livrées en carcasse. Les volailles label et standard seront fournies par les coopératives Périgord Aviculture et Terres du Sud. L’objectif est de retrouver un résultat positif dès le premier exercice.Thierry Blandinières, directeur général de Maïsadour projette une évolution du site, vétuste et situé en zone inondable. Soit vers une importante mise aux normes (5,2 millions), ou mieux vers une reconstruction ailleurs d’ici deux ans (12 millions au moins).


UN LABEL NATIONAL ET TROIS RÉGIONAUX


Désormais dénommée Fermiers du Périgord, l’entité vient rejoindre Fermiers du Gers et Fermiers Landais dans le dispositif Fermiers du Sud- Ouest (FSO). La demande d’une IGP Volailles du Périgord va être réactivée. Terrasson est une position logistique clé qui permet de livrer toute la France en moins de 24 heures, avec des volailles à marque St Sever, jusqu’à présent produites dans les Landes. Avec 22 millions de volailles label ou IGP, FSO se considère comme une alternative au leader LDC.

Réagissez à cet article

Attention, les messages sont limités à 1000 caractères.

Caractères restants :

*Votre adresse email ne sera pas affichée publiquement dans les commentaires.

Recopiez le code :

Code de sécurité anti spam

LAHOUARI MALAH | 17 mai 2012 à 21:42:36

Je ne comprends pas du tout comment on est arrivé au redressement judiciaire de cet abattoir a cause de la dette de 14 millions d'euros ou plus ? Elles datent depuis quand ces dettes? et quels sont les causes ? Je souhaite une bonne reprise et une réussite au FSO mais pas vers une reconstruction ailleurs, allez doucement dans l'investissement dans la vollaile

touret eric | 16 février 2013 à 20:11:25

personnellement je viens sur votre site pour n informer . je consonnne bio j ai acheter des cuisse de poulet bio du perigord et j ai du mal a imaginer quand produisant une t elle quantité de poulet . que vous pouvez en garantir la qualitée d ailleur vos emballages ne sont pas tres clair pas de nom d eleveur enfin , je reste perplexe merci

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Réussir Aviculture se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Question du mois

Tient-on suffisamment compte des mycotoxines dans les aliments composés?

Répondez à la question

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui