Réussir Aviculture 25 avril 2012 à 12h08 |

Démarche qualité en Bretagne - IFOO teste un mode d'emploi du compostage à la ferme

Après avoir contribué à la mise en place de normes Afnor pour le compost, IF2O achève la mise au point d’un guide des bonnes pratiques du compostage.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Gabriel Menguy, président d’IF2O. « Si vous respectez le guide des bonnes pratiques de compostage, vous serez certain d’obtenir un produit normalisé.»
Gabriel Menguy, président d’IF2O. « Si vous respectez le guide des bonnes pratiques de compostage, vous serez certain d’obtenir un produit normalisé.» - © P. Le Douarin

 

 


Aujourd’hui, les fumiers de volailles de chair compostés ne sont plus considérés comme des déchets à épandre, mais comme des produits valorisables, à condition de respecter les deux normes Afnor. Il faut aussi que le compost de ferme satisfasse l’acheteur qui l’épand (homogénéité, brins de paille courts, taux de matière sèche). Afin de pérenniser les circuits de commercialisation, il est donc important qu’ils soient fiabilisés. En effet, « la réglementation se durcissant, les normes sont appelées à évoluer d’ici 2013-2014 sur les critères microbiologiques et sur les métaux lourds. Avec des seuils qui restent encore à définir pour la norme 42001 », explique Gabriel Menguy, responsable environnement de Nutréa et président d’IF2O, association fédérant les principaux opérateurs bretons des fertilisants organiques.



Approche HACCP

 


Pour s’y préparer, l’interprofession a mis au point un guide de bonnes pratiques pour fabriquer les fertilisants issus d’élevages de volailles de chair,mais aussi de porcs et de pondeuses. « Ce guide n’existait pas jusqu’à présent », assure le président d’IF2O. L’interprofession s’est s’appuyée sur les essais menés depuis plus de dix ans par l’Itavi et la chambre d’agriculture des Côtes-d’Armor. Vingt élevages ont été testés l’an dernier pour finaliser une méthode basée sur une approche HACCP de maîtrise des risques (sanitaires notamment) et des points critiques (humidification,montée en température, hygiénisation…).

 


Le guide propose des actions correctives à chaque dysfonctionnement (par exemple mauvaise montée en température). « Quarante autres élevages sont à nouveau testés avant de diffuser le guide définitif », annonce Gabriel Menguy. « Au cours du second semestre nous ferons des réunions de vulgarisation auprès des techniciens avicoles », ajoute t-il. Pour continuer à produire, les aviculteurs n’auront pas d’autre choix que de viser l’excellence.

Réagissez à cet article

Attention, les messages sont limités à 1000 caractères.

Caractères restants :

*Votre adresse email ne sera pas affichée publiquement dans les commentaires.

Recopiez le code :

Code de sécurité anti spam

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Réussir Aviculture se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Actualités
Prochaine brève

7 brève(s) » voir toutes

Question du mois

Tient-on suffisamment compte des mycotoxines dans les aliments composés?

Répondez à la question

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui