Réussir Aviculture 03 décembre 2004 à 13h43 |

Aviculture - Deux nouveaux outils de diagnostic de la parvovirose

Fin septembre, une réunion du laboratoire Mérial a donné un éclairage sur deux nouvelles techniques d´aide au diagnostic de la parvovirose du canard de Barbarie.

Abonnez-vous Réagir Imprimer

Le laboratoire Mérial, producteur et fournisseur de vaccins sur le marché aviaire, entend encore plus répondre aux préoccupations de ses clients acheteurs et utilisateurs. C´est ainsi que fin septembre il a réuni dans la région nantaise une centaine de techniciens et de vétérinaires pour les informer de ses dernières initiatives dans le secteur du canard de Barbarie, en particulier celui de la parvovirose.
L´entreprise Scanélis de Toulouse a mis au point une méthode de suivi de la prise vaccinale au vaccin Parvokan par la technique de PCR (polymérase chain reaction) en temps réel.
La PCR « classique » consiste à réaliser l´amplification spécifique de morceaux de matériel génétique (ADN) d´un micro-organisme par une succession de cycles (jusqu´à 60), sachant que leur concentration double à chaque fois. On détermine en fin de manipulation si oui ou non l´échantillon initial contient l´organisme recherché.
PCR en temps réel pour une semi-quantification
Avec le suivi en temps réel, la quantité amplifiée est mesurée au fur et à mesure du processus (grâce à une fluorescence associée), ce qui se traduit par une courbe en forme de S.
Jean-Luc Pingret, de Scanélis, a pris soin de s´assurer que sa technique est spécifique des virus Derzsy et Parvovirus canard (très proches génétiquement) et qu´elle les différencie. On obtient aussi différentes courbes selon que les organes prélevés sont du coeur, du foie, de la rate ou un écouvillon cloacal. La méthode est semi-quantitative, car plus la courbe monte rapidement, plus cela signifie que l´échantillon de départ était riche en virus.
Dans une première étude, quelques canetons Barbarie vaccinés avec le vaccin Parvokan ont été suivis. La PCR ne permet de détecter que l´ADN, donc une souche vivante qui se multiplie dans le caneton. Le vaccin comprenant une souche GM inactivée de Parvovirus canard de Barbarie et une souche Hoekstra vivante de virus Derzsy, seule cette dernière est évaluée. Sachant que le vaccin est administré à 1 jour et à 15 jours, les PCR sont réalisées à J1, J4, J7 et J20, sur 60 prélèvements de plusieurs organes (rate, nerf, écouvillon cloacal, muscle).
Résultats d´une analyse PCR en temps réel ©Source : Scanélis - Mérial

Réagissez à cet article

Attention, les messages sont limités à 1000 caractères.

Caractères restants :

*Votre adresse email ne sera pas affichée publiquement dans les commentaires.

Recopiez le code :

Code de sécurité anti spam

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Réussir Aviculture se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Actualités
Prochaine brève

7 brève(s) » voir toutes

Question du mois

Tient-on suffisamment compte des mycotoxines dans les aliments composés?

Répondez à la question