Réussir Aviculture 05 août 2017 à 08h00 | Par Pascal Le Douarin

Vous saurez tout sur le miscanthus

Plante pérenne, le miscanthus constitue une excellente litière pour la volaille, à considérer dans une démarche globale d’exploitation. Mais il nécessite une mise de fonds qui freine le développement de sa culture.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Seulement une minorité d'éleveurs utilisent le miscanthus comme litière.
Seulement une minorité d'éleveurs utilisent le miscanthus comme litière. - © P. Le Douarin

Depuis quelques années, une minorité d’éleveurs de volailles emploient le miscanthus comme litière alternative à la paille et au copeau. Premier fournisseur national de plants de miscanthus, la société Novabiom livre régulièrement une centaine d’aviculteurs en litière. Ajouter à ce chiffre ceux qui produisent eux-mêmes... en nombre inconnu à ce jour.

Cette graminée pérenne et géante produit des tiges spongieuses très absorbantes qui sont ensilées au printemps et sont stockées en vrac. Cette culture peut produire beaucoup — entre 10 et 20 tonnes de matière sèche par hectare —, longtemps — vingt ans —, et nécessite peu d’intrants avec un excellent rapport énergie produite sur énergie consommée. Récolté à moins de 17 % d’humidité, exempt d’adventices et de mycotoxines, stocké au sec et à l’abri de nuisibles, le miscanthus est utilisable tel quel.

Tous les éleveurs qui témoignent sont du même avis : « Quand on a essayé, on n’a plus envie de faire marche arrière. » Ils sont blufflés par le comportement des volailles qui grattent cette litière. Et ils sont ravis des propriétés physiques du miscanthus, avec une facilité de manipulation, une capacité d’absorption et de séchage, et moins de rechargements à faire. Au bout du compte, ils gagnent en temps et en confort de travail, avec des volailles mieux logées. Ceux qui font le saut de la plantation évoquent tous leur désir d’autonomie et l’obtention d’une litière d’une qualité plus régulière que la paille ou le copeau. Ils estiment que faire ce pari est un avantage à long terme.

Alors pourquoi cette litière n’est-elle pas plus répandue ? Par méconnaissance de ses qualités, les éleveurs ne pensent pas à ce matériau. Pour susciter l’envie de planter, des fournisseurs de rhizomes proposent du miscanthus qu’ils produisent eux-mêmes. Par manque de disponibilité : Martin Pichon, le directeur commercial de Novabiom, estime que la sole nationale n’est que de 4 500 hectares. La culture a démarré il y a une dizaine d’années dans la moitié Nord de la France. L’objectif était de produire surtout de la biomasse à usage énergétique. Un troisième frein au développement est la mise de fonds — environ 3000 euros par hectare — en lien avec l’incertitude sur les débouchés si le planteur n’est pas utilisateur. Cela peut paraître élevé, mais c’est à comparer au coût cumulé de semences achetées durant vingt ans.

Faire le pari d’investir pour vingt ans et d’être autonome

En revanche, à partir de la troisième année, les charges se limitent aux frais de récolte et de stockage. Le coût de revient dépend essentiellement du rendement, fonction des conditions climatiques et du potentiel agronomique. Le miscanthus sera une litière d’autant plus intéressante qu’il est produit par l’éleveur ou qu’il remplace une litière onéreuse, comme du copeau. En effet, son prix varie presque du simple au double. Pour rester compétitif avec le bois, le miscanthus-énergie est de l’ordre de 80-90 euros/tonne, alors que le miscanthus-litière oscille de 80 à 120 euros/tonne sans transport, à 160 euros/tonne avec (tarif national Novabiom).

- © P. Le Douarin

Pour en savoir plus

Voir dossier Réussir Aviculture de juin 2017. RA n°227, p. 10 à 19.

Au sommaire :

p. 12 - Bien conduire la culture les deux premières années. Plantation, entretien, récolte.

p. 14 - Bruno Merle a planté pour son successeur. Polyculteur et éleveur dans l'Allier

p. 16 - Les dindes de Jean-Paul Madec aiment le miscanthus. 3750 m2 das le Finistère

p. 18 - Litière plutôt que combustible chez Guillaume Lamier. 6300 m2 et 200 hectares de SAU dans l'Orne.

p. 18 - Patrick Boisseau sécurise l'appro de sa chaudière. 7500 m2 sur trois sites en Vendée

p. 19 - Intégrer le besoin de trésorerie. Avec Martin Pichon de Novabiom

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Réussir Aviculture se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Question du mois

Pourrait-on ouvrir le capital des élevages pour permettre d’investir ?

Répondez à la question

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui