Réussir Aviculture 28 mai 2015 à 08h00 | Par Armelle Puybasset

Vers des modèles d’élevage mieux acceptés par la société

Par son approche multidisciplinaire et participative, la recherche peut contribuer à améliorer l’acceptabilité sociale de la production et aider la filière à dépasser les controverses.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Anticiper un projet de construction et favoriser les débats en amont avec les riverains est essentiel pour le mener à bien.
Anticiper un projet de construction et favoriser les débats en amont avec les riverains est essentiel pour le mener à bien. - © A. Puybasset

La controverse est devenue un mode contemporain d’expression sociale. L’agriculture, et en particulier l’aviculture, n’y échappent pas. Les principaux points de contestation portent sur l’environnement, le bien-être, le risque sanitaire, le système d’élevage et la consommation de viande. Celle-ci s’exprime notamment à l’occasion de projets de création ou d’agrandissement. Mieux faire accepter nos modes d’élevage passe d’abord par davantage de dialogue. La recherche peut y contribuer par son approche multidisciplinaire : biotechnique (nutrition, génétique, etc), en sciences sociales et par son expertise collective. Ces dernières années, des instances de discussion réunissant les sphères économiques, scientifiques et politiques ont pu être mises en place. Laure Bignon, de l’Itavi, cite pour exemple la méthode Ovali, qui vise à évaluer des systèmes de production innovants et durables en poulet de chair. « Un groupe participatif a été constitué avec des acteurs de la société civile, de la recherche et de la filière, » précise-t-elle. « Les premiers retours d’expérience sont positifs. Un travail de consensus a démarré. Des pistes de travail ont été identifiées, l’objectif étant de parvenir à une notion de progrès acceptable. »

Lors d’une controverse, l’expertise purement technique ne suffit plus. « Les cadres de l’agriculture devraient être davantage préparés à gérer les incertitudes soulevées par les consommateurs », estime François Purseigle, sociologue et enseignant-chercheur à l’Ensat de Toulouse. « Les filières animales et végétales auraient tout intérêt à mettre en commun des outils méthodologiques pour mieux comprendre les réseaux de contestation. »

Ne pas se justifier mais anticiper son projet

À l’échelle de la filière, on peut agir à différents niveaux pour améliorer l’acceptabilité sociale des élevages. « Il nous faut apprendre à mieux parler de notre métier, avec nos mots d’éleveur, sans abuser de termes techniques et en se référant à la réglementation en place», souligne Isabelle Le Balleur, « et sans opposer les systèmes de production (label, standard, bio) qui sont complémentaires. » Pour l’éleveuse, il est également nécessaire d’ouvrir davantage les élevages au public pour « dédramatiser l’image parfois véhiculée par nos voisins». Anticiper un projet de construction est essentiel pour le mener à bien. Favoriser les débats en amont permet d’expliquer son projet avec des arguments construits et de prendre en compte les différents points de vue. « Il faut aussi accepter qu’il n’y ait pas forcément de consensus final », conclut-elle.

 

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Réussir Aviculture se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Question du mois

Tient-on suffisamment compte des mycotoxines dans les aliments composés?

Répondez à la question

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui