Réussir Aviculture 02 mars 2017 à 08h00 | Par Pascal Le Douarin

Une ventilation par le plafond innovante

Abonnez-vous Réagir Imprimer
L’air frais arrive dans les combles où il est réchauffé au besoin avant d’être aspiré au dessus des pondoirs.
L’air frais arrive dans les combles où il est réchauffé au besoin avant d’être aspiré au dessus des pondoirs. - © P. Le Douarin

Audrey Melin est avicultrice dans les Côtes-d'Armor. Son élevage de poules reproductrices est atypique par sa taille et innovant par sa technologie.

La ventilation par le plafond de ses bâtiments, notamment, est une innovation en France. Avec cet équipement de la marque Skov, l'air neuf provient de vastes combles doublement isolés (toiture et plafond de la salle) où il est réchauffé par quatre canons à gaz pilotés PAR l’ordinateur. Préalablement, l’air extérieur a pénétré par les deux côtés supérieurs munis de rideaux. Situé à 3,4 mètres du sol, le plafond plat est constitué de panneaux porteurs isolés, non poreux et lavables précise Loïc Rio du constructeur Sérupa. L’air de renouvellement traverse ce plafond par deux rangées d’ouvrants réglables et directionnels. Elles ont été positionnées au-dessus des deux lignes de pondoirs doubles Vencomatic, de manière à récupérer les calories animales des poules aux nids.

La trappe avec sa rampe de brumisation en cas de forte chaleur.
La trappe avec sa rampe de brumisation en cas de forte chaleur. - © P. Le Douarin

Le nombre de trappes a été calculé en fonction du nombre d’animaux, de la quantité de chaleur à évacuer par oiseau (5 watts à 2 kg) et de la dépression souhaitée. Le système Skov travaille à faible dépression (5 à 10 Pa) avec des débits de renouvellement qui varient de 6 m3/animal/h à 12 m3/animal/h. L’extraction se fait au pignon par six turbines de 35 000 m3/h, deux de 20 000 m3/h et deux ventilateurs progressifs jusqu’à 13 000 m3/h. Selon Jean-Jacques Lemoigne de Skov France, "la ventilation la plus uniforme serait une extraction par cheminées", mais plus coûteuse. Par sécurité, quatre rampes de brumisation ont été installées dans les quatre veines d’air entrant. L’économie d’échelle d’un bâtiment au lieu de deux a été absorbée par le surcoût de la ventilation par plafond et les préfosses. « Mais j’ai un bâtiment avec toutes les options », souligne Audrey.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Réussir Aviculture se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Question du mois

Pourrait-on ouvrir le capital des élevages pour permettre d’investir ?

Répondez à la question

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui