Réussir Aviculture 23 avril 2014 à 08h00 | Par Armelle Puybasset

Un marché avicole 2013 contrasté, sous l'influence du poulet export

La bonne tenue de la production et de la consommation de volaille sur l'ensemble de l'année 2013 masque les difficultés de la filière poulet export depuis l'arrêt des restitutions.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
En 2013, la consommation intérieure a progressé 
en poulet, mais a reculé 
en dinde et en canard.
En 2013, la consommation intérieure a progressé en poulet, mais a reculé en dinde et en canard. - © J.-C. Gutner

En 2013, la production française de volailles a atteint 1,9 million de tonnes, en légère progression (+ 1,2 %) après une année de repli. Derrière ce chiffre se cache de fortes disparités entre espèces, avec + 5 % pour le poulet mais - 7 % en dinde et en canard. Même pour la filière Gallus, l'année aura été contrastée : les clignotants sont passés au rouge en fin d'année suite aux difficultés de la filière export liées à l'arrêt des restitutions en juillet dernier. Représentant 20 % de la production de poulets, le poulet export pèse lourd dans l'économie avicole : les industriels et responsables, bretons notamment, n'ont de cesse de le répéter. Après une progression des exportations de 8,3 % en volume vers les pays du Moyen-Orient entre janvier et juillet, les volumes ont baissé de 6 % en moyenne sur les derniers mois de l'année. Au final, sur l'année, le bilan positif des expéditions de poulet s'explique par une stabilité vers les pays tiers et une progression vers l'Union européenne (Belgique-Luxembourg et Pays-Bas particulièrement).

- © Infographie Réussir

Fléchissement des importations pour la filière poulet


Le solde extérieur des viandes et préparations de volailles est stable en 2013 avec des volumes importés et exportés quasiment équivalents à 2012. Pour la seule filière poulet, on note même une légère baisse des importations. Ce sont surtout celles en provenance des pays tiers qui chutent (notamment du Brésil) tandis que les importations d'Europe progressent légèrement (Pologne et Pays-Bas pour le poulet, Belgique et Royaume-Uni pour la dinde).
La consommation intérieure, calculée par bilan, progresse légèrement, là aussi soutenue par le poulet (+ 3%) tandis qu'elle se rétracte en dinde (- 1,4 %) et en canard (- 7,6 %).
Pour la première fois depuis plusieurs années, la croissance de la consommation de poulets profite à la production nationale et non pas à la hausse des importations (qui a atteint jusqu'à 40 % de la consommation en 2011-2012).
En dinde, la part des importations dans la consommation française a augmenté jusqu'en 2009 et se stabilise depuis autour de 14 %, selon FranceAgriMer. « La reconquête des parts de marché semble s'amorcer et demandera à être confirmée en 2014 », note le bulletin des interprofessions avicoles. « C'est un point encourageant qui peut être partiellement mis à l'actif des actions de sensibilisation engagées au niveau de l'APVF. » Espérons que la nouvelle campagne « choc » de promotion de la volaille démarrée en mars portera aussi ses fruits.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Réussir Aviculture se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Question du mois

Tient-on suffisamment compte des mycotoxines dans les aliments composés?

Répondez à la question

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui