Réussir Aviculture 13 juillet 2012 à 21h53 | Par P. Le Douarin

Treize offres de reprise pour moins de 50 millions d'euros - Le détail des propositions d'achat de Doux

Vendredi 6 juillet, treize entreprises se sont portées candidates pour reprendre une partie des éléments corporels et incorporels, ainsi que des stocks des 23 sociétés du groupe Doux. Voici leurs propositions qui seront amenées à évoluer d'ici l'audition au tribunal de commerce de Quimper prévue le 27 juillet.

Abonnez-vous Réagir Imprimer

-Activités d'Accouvage

 


Le pôle Doux accouvage comporte quatre implantations : La Harmoye (22), Elven (56), L'Oie (85) et Amilly (18). Trois sites sont repris pour un montant pouvant atteindre 3 millions d'euros.

Aucune offre ne concerne le couvoir de La Harmoye (22) qui produit 850 000 poussins par semaine, ainsi que les élevages afférents.

Deux offres concernent la branche Doux dindonneaux qui comporte le couvoir d'Elven avec les stocks (oeufs à couver et reproducteurs détenus chez 27 éleveurs). Elle emploie 43 salariés (dont 5 CDD).

Pour une reprise intégrale, le sélectionneur HENDRIX GENETICS, via Grelier France accouveurs, propose un montant  de 2,75 millions d'euros, déduction faite d'une créance de 338 761 euros. L'autre candidat est le groupe d'accouvage AMICE SOQUET, détenteur d'une activité dindonneau via France Dinde. Il garde 9 salariés et 16 éleveurs. Son offre est de 100 000 euros auxquels s'ajoutent le paiement des créances des éleveurs pour les lots en cours.

Deux offres concernant la branche Doux Poussins. Cette activité comprend trois couvoirs avec des élevages en propriété et des éleveurs en contrat.

L'accouveur vendéen DAVIET de l'Oie (85) est intéressé par les sociétés Ballis et la Grande Colombie en Vendée. À cette occasion, il crée la société « couvoirs des Landes » détenue à 60 % par lui-même et à 40 % par la société Cavac Ciab Volailles. Il réintègre 71 salariés sur 118. Son offre est de 250 000 euros. Par ailleurs, Daviet abandonne un contentieux avec le groupe Doux datant de 2007 et qui porte sur 12,5 millions d'euros.

Les sociétés GLON SANDERS HOLDING et DUC proposent de reprendre le couvoir d'Amilly (45) ainsi que 12 CDI pour la somme de deux euros. Cette offre conjointe porte sur différentes unités situées en région Centre (usine d'aliment, deux abattoirs, couvoir).

 

-Activités de fabrication d'aliments et d'organisation de production



Le pôle Doux aliments comprend quatre sites : Clémont (18), Bannalec (29), Pluguffan (29) et L'Oie (85). Toutes les usines d'aliments seraient reprises pour un montant pouvant atteindre 2,8 millions d'euros.

Les sociétés GLON SANDERS HOLDING et DUC sont conjointement intéressées par l'usine de Clémont et l'organisation de la production dans le cadre d'une reprise multiple du pôle Frais en région Centre. Elles gardent 8 salariés en CDI sur 15. Leur offre est d'un million d'euros.

La société CIAB CAVAC VOLAILLES, formée à 50-50 par les coopératives vendéenne Cavac et Ciab, propose de racheter l'usine  de l'Oie (éléments corporels, incorporels, stocks) et l'activité de production Doux élevage en Vendée (avec stocks de vif en cours) pour 500 000 euros. Treize emplois sur 19 sont maintenus.


GLON SANDERS HOLDING
est également intéressée par l'usine de l'Oie pour un million d'euros.

Les sociétés GLON SANDERS HOLDING et TRISKALIA reprennent conjointement les sites de Bannalec et de Pluguffan pour 800 000 euros, avec 29 salariés conservés sur 35.


Laboratoire d'analyses GIE Transal



Deux offres ont été faites.

FINALAB offre 110 000 euros et reprend 16 des 20 salariés. Finalab est un groupe d'analyses principalement vétérinaires avec des filiales, notamment implantées en Bretagne (Bio chêne vert, Tregobio, Labofarm, VT Bio, AAbiovet, Genindexe).

TERRENA propose 350 000 euros dans la cadre de son offre globale Soprat-marque Père Dodu- abattoir de Sérent. Les 23 salariés sont repris.


-Activité d'abattage frais



Les sites Doux d'abattage et de découpe de volailles fraîches se situent à Blancafort (18), Boynes (45), Graincourt (62), Laval (53), Pleucadeuc (56) et Sérent (56). En 2011, le pôle frais a réalisé un chiffre d'affaires de 281 millions d'euros.


Ceux de Graincourt (poulet) et de Pleucadeuc (dinde) n'ont été l'objet d'aucune offre. Ils emploient respectivement 250 et 400 personnes.

Les trois offres portent sur quatre abattoirs pour un montant maximal de 5,35 millions d'euros.

Le GROUPE LDC est intéressé par l'abattoir de poulet de Laval (éléments corporels, incorporels, stocks) et ses 302 salariés. Il offre 3,45 millions d'euros. En dehors de cette offre, LDC est prêt à participer minoritairement à une société commune destinée à sauvegarder la filière poulet grand export

GLON SANDERS HOLDING et DUC offrent de reprendre conjointement les sites de Boynes et de Blancafort. 229 des 416 salariés sont reclassés. L'offre couvre d'autres activités (couvoir, usine d'aliment) pour un montant de 30 000 euros.

La coopérative TERRENA reprend l'abattoir de poulet de Sérent conjointement au rachat de Soprat et de la marque Père Dodu, pour 1,9 million. Le personnel est maintenu à 178 salariés. S'ajouteraient 2 millions d'euros de travaux de mises aux normes.



-Activité abattage congelé grand export



Le pôle Doux congelé concerne les sites d'abattage de Chantonnay (85), Châteaulin (29) et Plouray (56). Il a réalisé un chiffre d'affaires de 455 millions d'euros en 2011.

Une offre a été faite par TILLY-SABCO. Concurrent de Doux sur le segment de marché du poulet entier congelé vendu avec restitutions, Tilly-Sabco vend 65 000 tonnes issues de son abattoir (Guerlesquin-29). Il réalise 125 millions d'euros de chiffres d'affaires

Il reprend les abattoirs de Châteaulin et de Chantonnay, les cinq marques grand export, et le stock (mort et sur pied). L'intégralité du personnel en CDI (588 salariés) est conservée. Il prend en charge 3 millions de créances des éleveurs au 1er juin. Le montant proposé est de 9,5 millions d'euros.

S'ajouteraient 20,1 millions d'investissements pour moderniser les sites les trois prochaines années.

L'abattoir de Plouray (200 salariés) aurait reçu une offre de la part de VOLAILLES DU POHER (29) le 10 juillet



-Activité produits élaborés



Le pôle Doux élaborés comporte deux usines, l'une à Quimper (29) spécialisée dans les produits à base de VSM (viandes séparées mécaniquement) destinées à l'exportation et Soprat à La Vraie Croix (56), le tout employant 720 personnes. Cette dernière unité réalise les élaborés à marque Père Dodu pour le marché français. Le chiffre d'affaires 2011 du pôle a été de 120 millions d'euros.



Trois offres ont été déposées pour un montant maximum de 25 millions d'euros.

FINANCIERE TURENNE LAFAYETTE reprend l'ensemble du pôle  pour 25 millions d'euros, ainsi que 617 CDI. Turenne Lafayette regroupe les sociétés William Saurin, Paul Prédault, Salaisons de l'Arrée, Montagne Noire et Tradition traiteur.

La SOCIETE COOPERATIVE TERRENA reprend la marque Père Dodu et Soprat. Il récupère l'intégralité du personnel (440 salariés) plus 32 non employés par Soprat mais affectés à l'exploitation du fonds de commerce. Le montant est 22,5 millions. Cette offre est conjointe au rachat de l'abattoir frais de poulets de Serent (Morbihan) et du laboratoire Transal pour  un montant global de 24,75 millions d'euros. S'ajouteraient 6 millions d'investissements sur la marque et 10 millions pour la remise aux normes de l'outil.

PROTEIS reprend l'usine VSM de Quimper (hors stocks), mais pas la marque Père Dodu. L'intégralité du personnel est maintenu (283 emplois CDI et CDD). Son offre est de 1,5 millions d'euros.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Réussir Aviculture se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Question du mois

Tient-on suffisamment compte des mycotoxines dans les aliments composés?

Répondez à la question

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui