Réussir Aviculture 27 juillet 2004 à 09h36 | Par Armelle Puybasset

Station expérimentale de Coulaures - La Ferme de l´oie au service des producteurs

Créée en 1992 à la demande de la profession, la Ferme de l´oie expérimente de nouvelles pistes d´amélioration techniques pour l´élevage et le gavage des oies.

Abonnez-vous Réagir Imprimer

«Augmenter la rentabilité de la production française de foie gras d´oie, proposer des voies d´amélioration techniques, diminuer la pénibilité du travail du gaveur ». Telles sont les missions de la station expérimentale « La Ferme de l´oie », implantée à Coulaures en Dordogne, au coeur du bassin de production traditionnel.

Elle a été créée en 1992 par l´association des éleveurs de Dordogne (Asseldor) suite à la crise de 1989. La concurrence déjà bien présente de la filière canard et les importations massives de foie gras d´oie (majoritairement hongroises) avaient entraîné beaucoup d´invendus.
« La Ferme de l´oie est une station de recherche appliquée », précise Jean-Pierre Dubois, son directeur. « Elle se présente comme une structure de vulgarisation et de démonstration pour les éleveurs. L´objectif est de trouver des pistes d´amélioration techniques rapidement exploitables sur le terrain ». C´est chose faite puisque, depuis sa création, la Ferme de l´oie a mis en place plus d´une cinquantaine d´essais abordant des thèmes aussi variés que la croissance, la préparation au gavage, la qualité des produits, la génétique, le bien-être, l´environnement ou la reproduction.
©A.P.

La Ferme de l´oie est implantée dans le Périgord au coeur du bassin de production traditionnel.

Des conditions d´élevage proches du terrain
Pour mener ses expérimentations, la station dispose de plusieurs bâtiments, conçus dans des conditions les plus proches possibles de la réalité. Deux bâtiments tunnel accueillent chacun 1 200 oies. Ils permettent de tester les paramètres d´élevage (comme l´effet de la durée d´éclairement sur les reproductrices, actuellement étudié).

A quelques centaines de mètres, un troisième bâtiment en dur a été construit avec un accès à un parcours extérieur. Il est séparé en quatre parquets de 250 places. Des essais génétiques y sont actuellement réalisés. « Lorsque ces trois bâtiments ne sont pas destinés à des expérimentations, précise Jean-Pierre Dubois, ils sont utilisés pour la production de reproductrices ou d´oies PAG, lesquelles sont ensuite vendues à des éleveurs ».

Un second bâtiment en dur, composé de 12 parcs de 25 oies, est exclusivement consacré à l´expérimentation (dans tous les domaines, excepté celui de la génétique). La Ferme de l´oie y mène actuellement des essais d´alimentation de PAG (différentes sources protéiques) pour répondre à la demande des producteurs qui souhaitent fabriquer eux-mêmes leur aliment. La station est également équipée d´une salle de gavage de 300 places, d´un petit abattoir et d´une salle de découpe.
©A.P.

Les oies, PAG ou futures reproductrices sont élevées dans des conditions proches du terrain

Des expérimentations touchant à tous les domaines
Depuis douze ans, la Ferme de l´oie a permis de nombreuses avancées. Ses premiers travaux ont porté sur les techniques de gavage (mise au point d´une courbe de gavage, mélange de maïs grain et de mais broyé avec la gaveuse hydraulique Dussau).

Beaucoup d´essais ont porté également sur l´élevage avec notamment l´importance de la gestion de l´ambiance sur les oisons ou encore les méthodes de rationnement pour préparer les PAG au gavage. Elle s´est attachée dans une deuxième phase à améliorer la qualité du foie (effet du jeun, influence de l´électronarcose sur la présentation des produits, maturation du foie...).

Les essais en cours ou à venir sont tous aussi nombreux que variés. Dans le domaine de la génétique, elle mène des essais comparatifs entre souches. Elle tente de répondre à une problématique bien connue en canard : quel choix faire entre une souche lourde et une souche légère, sachant que la demande des transformateurs porte plutôt sur des petits foies obtenus à partir de souches légères tandis que les producteurs privilégient parfois les souches lourdes pour leur plus forte rentabilité ? « Qu´elle soit lourde ou légère, répond Jean-Pierre Dubois, la souche doit être exploitée à son potentiel génétique ».
©A.P.

Le bâtiment expérimental, divisé en douze parcs, permet de mener des essais « aliment »

Pour répondre à la demande de producteurs traditionnels, la station expérimentale teste des souches lourdes (du type Toulouse). Du côté environnemental, elle mène des essais de compostage à partir du fumier d´oie et travaille sur l´aménagement de l´espace (installation d´arbres fruitiers sur les parcours). L´amélioration de la qualité des foies reste également une priorité (poursuite des essais sur l´électronarcose, effet de la durée du gavage sur les caractéristiques qualitatives du foie, incidence du transport à l´abattoir...). Bref, les sujets ne manquent pas. « Le planning des expérimentations est complet jusqu´à la fin de l´année 2006. »


Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Réussir Aviculture se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Question du mois

Pourrait-on ouvrir le capital des élevages pour permettre d’investir ?

Répondez à la question

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui