Réussir Aviculture 10 mars 2016 à 08h00 | Par Armelle Puybasset

SNV, second fournisseur de poulets de KFC

Pour approvisionner l’enseigne de restauration rapide KFC, la filiale de LDC a investi 3 millions d’euros dans son outil d’abattage de Laval.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Le site de Laval a investi 3 millions d’euros pour répondre au cahier des charges de KFC.
Le site de Laval a investi 3 millions d’euros pour répondre au cahier des charges de KFC. - © C. Huchet

SNV et KFC France ont mis les petits plats dans les grands pour officialiser leur partenariat d’approvisionnement. Le ministre de l’Agriculture, Stéphane Le Foll, est venu en personne pour la signature de l’accord, le 21 janvier sur le site d’abattage de Laval. Il porte sur la fourniture annuelle de 2000 tonnes de découpe de poulet (filet, aiguillette et aile). Un volume voué à progresser au rythme des ambitions de développement de KFC France. « Avec 188 restaurants actuellement, nous visons 10 à 15 ouvertures par an », a précisé Frédéric Levacher, directeur général de KFC France. Le poulet est la matière première principale de l’enseigne américaine, avec ses produits phare, les Tenders bucket, morceaux de poulets frits cuisinés sur place et servis en pots. KFC France avait déjà signé un contrat d’approvisionnement en 2013 avec Gastronome. Avec ces deux fournisseurs, la part d’approvisionnement français atteindra 25 %, soit 4000 tonnes. Les 75 % restants proviennent d’Allemagne, de Pologne et des Pays-Bas.

Frédéric Levacher, directeur de KFC France et Gilles Huttepain, PDG de SNV ont signé leur accord de partenariat en présence du ministre de l’agriculture Stéphane Le Foll.
Frédéric Levacher, directeur de KFC France et Gilles Huttepain, PDG de SNV ont signé leur accord de partenariat en présence du ministre de l’agriculture Stéphane Le Foll. - © A. Puybasset

Un partenariat gagnant-gagnant

Pour répondre au cahier des charges de KFC, le site de Laval a investi 3 millions d’euros dans une zone dédiée de 600 m2 (découpe et calibrage, barattage avec les épices selon la recette KFC, conditionnement puis congélation sur un autre site). « Cet investissement est en phase avec notre volonté de reconquête de parts de marchés nationales sur les segments de la restauration hors domicile », a souligné Gilles Huttepain, P.-D.G. de SNV. " L’objectif est de réduire la part d’importation de 44 à 20 % du poulet consommé en France. » Le partenariat avec KFC a permis la création de 10 postes à l’abattoir (25 en tout d’ici 3 ans) et un débouché pour 25 éleveurs situés dans un rayon de 60 km. Les exigences du cahier des charges concernant l’élevage n’ont pas été divulguées. Ce seront au total 10 millions qui vont être investis sur trois ans dans l’outil de Laval, repris en 2012 suite à la liquidation judiciaire de Doux. Spécialisé dans le poulet standard et certifié en pac et découpe, la capacité d’abattage passera de 150 000 à 300 000 poulets/semaine.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Réussir Aviculture se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Question du mois

Tient-on suffisamment compte des mycotoxines dans les aliments composés?

Répondez à la question

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 22 unes régionales aujourd'hui