Réussir Aviculture 03 avril 2017 à 14h00 | Par P. Le Douarin

Six semaines de vide sanitaire collectif décrétées dans le sud-ouest

La reprise d’activité des exploitations du sud-ouest abritant des palmipèdes aura lieu le 29 mai après un vide sanitaire collectif qui démarrera le 17 avril.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
La zone de vide sanitaire divulguée le 6 avril ressemblera beaucoup à la zone de protection et surveillance établie le 27 mars
La zone de vide sanitaire divulguée le 6 avril ressemblera beaucoup à la zone de protection et surveillance établie le 27 mars - © P. Le Douarin

La nouvelle est tombée dimanche 2 avril au journal officiel. Les autorités ont fixé les conditions et le calendrier de redémarrage des exploitations situées dans la grande zone de surveillance et de protection du sud-ouest.

La liste des communes concernées sera publiée le 6 avril sur le Bulletin Officiel du ministère de l’agriculture. Elle devrait correspondre à la grande zone de protection et de surveillance en vigueur fin mars sur plus de 1300 communes de cinq départements (Haute-Garonne, Gers, Landes, Lot et Garonne, Pyrénées-Atlantiques, Hautes-Pyrénées).

Un vide sanitaire collectif est imposé du 17 avril au 28 mai, afin d’assainir les exploitations de la présence des virus H5.

Les mises en place sont interdites depuis le 3 avril jusqu’au 29 mai, sauf dérogation pour les palmipèdes déjà présents dans la zone.

Les nouvelles conditions de remises en place seront obligatoires jusqu’au 31 mars 2018.

L’Arrêté introduit des conditions de biosécurité pour les activités de transport.

Dans le détail, les conditions à respecter sont les suivantes :

- Dérogations au transfert entre le 3 avril et le 28 mai : si animaux déjà présents, destinés à une salle de gavage dans la zone, dépistés 48 heures avant leur départ en gavage (sérologie et virologie sur 60 animaux par lot) et avant leur abattage (virologie sur 60 animaux, 48 heures avant) ;

- le vide sanitaire est obligatoire entre le 17 avril et le 28 mai : parcours et abris vides, points d’abreuvement et d’alimentation protégés, parcours aménagés pour réduire les contacts avec la faune sauvage, bâtiments d’élevage nettoyés et désinfectés, vides pendant au minimum 3 semaines,effluents (lisier, fumier, sous-produits…) évacués avant le 29 mai ;

- Dérogation au vide sanitaire, en cas de maintien d’animaux en élevage commercial : dépistage complet avant le 10 avril puis recherche virologique toutes les 3 semaines, engagement sur l’honneur à respecter l’arrêté du 8 février 2016 (biosécurité), informer la DDPP du départ des animaux ;

- Remise en place à partir du 29 mai : engagement sur l’honneur à respecter l’arrêté du 8 février 2016 (arrêté biosécurité), informer la DDPP 8 jours avant la mise en place (la première fois), renforcer la surveillance des animaux et signaler toute clinique anormale, les palmipèdes transférés (de plus de 3 jours) doivent venir d’un site dépisté et être eux-mêmes dépistés s’ils doivent être déplacés ;

- Transport des palmipèdes : le responsable du site d'élevage contrôle le respect de la réglementation par le transporteur, respecter le protocole de nettoyage et de désinfection des véhicules et équipements de transport (décontamination peu après livraison, à l’eau chaude, désinfection avec un virucide, désinfection minimale entre deux sites), tenue d’un registre de nettoyage-désinfection par le transporteur (auto contrôles compris), contenants à usage unique pour animaux de moins de trois jours, contenants nettoyés et désinfectés avant chargement au-delà de trois jours, contenants d’abattage spécifiques à cette activité, également nettoyés et désinfectés, bâchage des camions provenant de zones réglementées et ordre de tournée selon le risque croissant.

 

 

 

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Réussir Aviculture se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Question du mois

Pourrait-on ouvrir le capital des élevages pour permettre d’investir ?

Répondez à la question

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui