Réussir Aviculture 08 juin 2017 à 08h00 | Par Pascal Le Douarin

Savoir et faire savoir aux JRA de Tours

Les 12es journées de la recherche avicole et des palmipèdes à foie gras montrent le dynamisme d’une recherche de plus en plus globalisée qui défriche des voies qu’emprunteront bientôt les filières avicoles.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © P. Le Douarin

On dit souvent que le propre des chercheurs est de trouver des solutions à des problématiques qui peuvent améliorer nos vies. Beaucoup aimeraient trouver la réponse de rupture qui apporterait un progrès conséquent, mais la recherche avance presque toujours à pas comptés et patients. C’est la somme des connaissances qui finit par créer du progrès.
C’est dans cet esprit que s’est tenue, les 5 et 6 avril à Tours, la douzième édition des Journées de la recherche avicole et des palmipèdes à foie gras. Tous les deux ans, ce rendez-vous permet aux chercheurs français ou non (onze pays étaient représentés) et aux entreprises gravitant dans et autour des filières avicoles de faire, en un minimum de temps, le point sur un nombre considérable de sujets. Quelques chiffres pour s’en convaincre : près de 500 chercheurs et professionnels dont 35 % de chercheurs et apparentés (recherche publique, instituts techniques, universités…) ; une première journée avec sept sujets longuement développés (échanges mondiaux de volailles, enjeux sociétaux, biosécurité, influenza aviaire, bactéries du système digestif et élevage de précision) ; une seconde journée avec 80 communications orales de 8 à 25 minutes et 117 sujets de recherches exposés sous la forme de posters ; soit un compte rendu de 1200 pages.

« Un concentré de connaissances tous azimuts »

Autant dire qu’il a été impossible d’ingurgiter, digérer et assimiler tout ce savoir. Nous avons donc beaucoup mis de côté… Certains sujets seront développés dans nos prochaines éditions, ainsi que sur notre site internet : aviculture.reussir.fr Nous avons fait le choix arbitraire de retenir et de résumer les thèmes nous paraissant plus proches des préoccupations actuelles et à venir de la production, en rapport avec la santé animale d’une actualité brûlante, les attentes sociétales qui bousculent les marchés et les modes d’élevage, et la qualité des produits dépendant des deux thèmes précédents.

Cette édition souligne encore le caractère multidisciplinaire et multipartenariale des sujets de recherches. Par exemple, résoudre les défauts de la qualité de la viande de poulet interpelle les spécialistes de la génétique, de la zootechnie, de l’alimentation issus de différents horizons, voire les sociologues. Ce qui souligne l’importance de la communication. Les scientifiques font des progrès pour travailler ensemble, mais ils pourraient encore mieux faire savoir… Savoir c’est bien, mais faire savoir c’est encore mieux. Les professionnels aussi. Ils ont été invités à plus se parler pour progresser ensemble, notamment sur la santé animale. Selon un proverbe africain « seul on va plus vite, mais ensemble on va plus loin. » Les filières françaises ont aussi intérêt à communiquer plus et mieux avec la société, pour être mieux connues, mieux comprises et tenter de trouver un consensus équilibré.

- © A. Puybasset

Pour en savoir plus

Voir dossier Réussir Aviculture de mai 2017. RA n°226, p. 10 à 17.

Au sommaire :

p. 12 - La biodiversité, une démarche collective à partager

Selon Jean-Pierre Vaillancourt, enseignant chercheur

p. 13 - Le virus H5N9 HP excrété en moins de 24 h

Etudié par l'Anses de Ploufragan

p. 14 - Répondre aux attentes sociétales et communiquer

Plutôt que de subir des évolutions brusques

p. 15 - Les consommateurs plébiscitent le plein air

Sondage en ligne sur 2000 personnes

p. 16 - La qualité des viandes de poulet devient préoccupante

Apparition de nouveaux défauts

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Réussir Aviculture se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Question du mois

Pourrait-on ouvrir le capital des élevages pour permettre d’investir ?

Répondez à la question

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 22 unes régionales aujourd'hui