Réussir Aviculture 28 février 2013 à 11h39 | Par P. Le Douarin

Révision des contrats poulet export - Les éleveurs Doux de Vendée refusent 20 euros de baisse

Abonnez-vous Réagir Imprimer

Réunis en assemblée générale extraordinaire le 26 février, 98 des 100 éleveurs de l'association Doux Chantonnay présents se sont prononcés à bulletin secret contre la baisse imposée par le groupe Doux.

Initialement de 40 euros la tonne de vif, la baisse a été ramenée à 20 euros sur deux lots de poulets. Les éleveurs vendéens demandaient au maximum moins 15 euros.

« Nous ne sommes pas des esclaves, lance André Lorieu, vice-président de Doux Chantonnay. « Nous préférons arrêter d'élever du poulet que de travailler à perte. »

Les éleveurs ne signeront pas les avenants, en dépit des menaces de remboursement des avances sur créances versées fin 2012 et début 2013. Ils continueront néanmoins à mettre en place. « On veut bien travailler, mais pas pour rien. »

Estimant qu'ils sont compétitifs, les éleveurs refusent d'être la variable d'ajustement de la baisse des restitutions. « Les matières premières baissent ; le dollar se déprécie et cela remplit les caisses de Doux » conclut André Lorieu.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Réussir Aviculture se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Actualités
Prochaine brève

10 brève(s) » voir toutes

Question du mois

Tient-on suffisamment compte des mycotoxines dans les aliments composés?

Répondez à la question

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

Voir tous

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 22 unes régionales aujourd'hui