Réussir Aviculture 05 février 2014 à 08h00 | Par Pascal Le Douarin

Les E. coli résistants aux C3G ont de fortes capacités colonisatrices

Deux études de l’Anses sur la résistance des souches de E. coli après l’administration de ceftiofur à des poussins Gallus montrent l’avantage compétitif des souches sélectionnées.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © Infographie Réussir

Constatant la montée des résistances aux céphalosporines de troisième génération (C3G) chez la bactérie E. coli dans la filière Gallus chair et ponte, l’Anses a voulu mieux appréhender ce phénomène avec deux études complémentaires. L’une s’est intéressée à la détection de E. coli résistants dans la flore intestinale de cheptels commerciaux de poulets et de pondeuses, traités ou non avec du ceftiofur au couvoir. La seconde, réalisée au sein des animaleries protégées de l’Anses-Ploufragan Plouzané, a mesuré la dissémination des E. coli résistants aux C3G entre des poussins porteurs d’une souche résistante et des poussins sains.


Traiter les poussins à J0 favorise la résistance


Dans la première étude, après avoir été injectés de ceftiofur, des lots de poussins commerciaux de ponte (12 lots) et de poulet de chair (15) ont été mis en place dans des élevages de terrain. Ils ont été comparés à 25 lots de poussins non traités (15 en poulet de chair et 10 en ponte). Pour chaque lot, cinq prélèvements de fientes ont été réalisés, jusqu’à 77 jours en poulet et 200 jours en pondeuse. Les 241 prélèvements ont permis de collecter 1 095 souches de E. coli parmi lesquelles 340 souches, dénommées par la suite
E. coli R-C3G, se sont révélées résistantes.
Trois faits sont à retenir. D’abord, que la proportion de souches E. coli R-C3G est plus élevée après traitement. Le traitement semble jouer un rôle sélectif dans la flore totale.
Ensuite, que des E. coli R-C3G sont également trouvés sur des lots non traités. Ces souches sont présentes quelque part dans l’environnement des volailles, mais où : les parentaux ? Le couvoir ? Le transport ? Le bâtiment ? L’élevage ? Enfin, la proportion de E. coli résistants dans la flore totale est plus importante au jeune âge. Sur les lots traités, cette part atteint au moins 80 % à deux jours, puis décroît fortement. Des E. coli R-C3G sont détectés à 77 jours en poulet et à 200 jours en pondeuse, mais en moindre proportion. Là encore, l’environnement au sens large semble jouer un rôle dans la persistance et dans la diffusion des souches E. coli R-C3G, qui sont peut-être plus aptes que d’autres à se développer.

- © Infographie Réussir

Des souches E. coli R-C3G très compétitives


La seconde étude menée en isolateurs avait pour but d’explorer les capacités colonisatrices d’une souche E. coli résistante sur des poussins indemnes d’organismes pathogènes. Un premier isolateur contenait des poussins inoculés avec cette souche et mis en contact avec des poussins sains. Avant de réaliser la même expérience dans un second isolateur, dans le but de provoquer la sélection de E. coli R-C3G, on a fait une injection de ceftiofur à tous les poussins 5 heures avant d’inoculer la souche E. coli résistante à la moitié des poussins.
Les chercheurs de l’Anses constatent que les E. coli R-C3G colonisent autant les poussins traités et inoculés (isolateur 2) que les non traités (isolateur 1). Quel que soit l’isolateur (sans ou avec ceftiofur), tous les poussins contact deviennent porteurs de souches E. coli R-C3G. Enfin, les souches E. coli R-C3G persistent à des niveaux importants jusqu’à la fin de l’expérience. Les chercheurs en déduisent que ces souches ont des capacités de compétition remarquables qui expliqueraient pourquoi leur part tend à croître sur le terrain. Enfin, ils rappellent que le respect de la biosécurité est encore plus nécessaire avec ces souches colonisatrices.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Réussir Aviculture se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Question du mois

Tient-on suffisamment compte des mycotoxines dans les aliments composés?

Répondez à la question

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui