Réussir Aviculture 13 février 2014 à 08h00 | Par Dominique Poilvet

Les complexes de microorganismes, une solution de traitement reconnue par les pouvoirs publics

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Les CMO facilitent le compostage des litières qui sont transformées en un amendement organique.
Les CMO facilitent le compostage des litières qui sont transformées en un amendement organique. - © Sobac

La Dreal(1) de Bretagne reconnaît l’utilisation des complexes de microorganismes (CMO) comme une solution normalisée de traitement des effluents d’élevage à la ferme. Sans avoir recours
à un brassage, les CMO facilitent le compostage des litières qui sont transformées en un amendement organique conforme à la norme NF U44-051. Depuis de nombreuses années, la société Sobac propose le CMO Bactériolit et son appui technique aux éleveurs de volaille.


Trouver un meilleur équilibre azote-phosphore

 


« Les amendements organiques normés peuvent être exportés pour diminuer le plan d’épandage », rappelle Erwan Allain, directeur scientifique de Sobac.
En limitant les pertes d’azote dans l’atmosphère, Bactériolit permet de maintenir un meilleur rapport N/P dans l’amendement. « À l’issue d’un compostage avec du Bactériolit, on arrive à un rapport de 1,3, permettant l’épandage de 117 unités d’azote pour 90 unités de phosphore à l’hectare. Sans Bactériolit, le rapport N/P descend à 0,5. On n’épand alors que 45 unités d’azote pour 90 unités de phosphore. » La note de la Dreal détaille la méthodologie à appliquer et les éléments à fournir. Deux élevages bretons utilisateurs du Bactériolit ont reçu l’agrément. Les élevages hors Bretagne peuvent également bénéficier de cette reconnaissance, affirme Erwan Allain. « Le cadre défini par la Dreal Bretagne sert de référence à toutes les régions. »


(1) Direction régionale de l’environnement, de l’aménagement et du logement.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Réussir Aviculture se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Question du mois

Tient-on suffisamment compte des mycotoxines dans les aliments composés?

Répondez à la question

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui