Réussir Aviculture 04 février 2016 à 08h00 | Par Xavier Cresp

Le Gers investit dans du bâtiment label durable

En proposant des sites clés en main, Vivadour souhaite capter de nouveaux éleveurs avec la garantie du suivi technique et une rentabilité immédiate.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Situé à proximité d’un axe routier, le nouvel élevage de la famille Dumont sera une belle vitrine pour Vivadour.
Situé à proximité d’un axe routier, le nouvel élevage de la famille Dumont sera une belle vitrine pour Vivadour. - © X. Cresp

Dans le Gers, le poulet fermier label rouge est une valeur sûre, d’autant que la demande des marchés est croissante. Avec 40 nouveaux bâtiments en ligne de mire cette année, la coopérative Vivadour compte bien garder la cadence pour augmenter et renouveler son parc. Sa problématique réside plutôt dans la difficulté à susciter des vocations auprès d’agriculteurs en mal de diversification, mais hésitant à reprendre le chemin de l’élevage. La porte ouverte organisée chez Michel Dumont, céréalier et éleveur à Chélan a dévoilé aux futurs porteurs de projet le concept d’élevage préconisé. En adoptant les nouveaux bâtiments NTD (anciennement MigaFrance), Avigers donne de la polyvalence aux nouveaux sites pour être en capacité de travailler du poulet fermier label rouge, du poulet label rouge en liberté (huit trappes de 3 mètres), de la pintade ou du canard prêt à gaver. Les parcours plus grands (2 ha) et à moitié clôturés s’adaptent aux productions. Pour assurer des objectifs de performances et garantir les marges, Avigers a opté pour des bâtiments bien équipés, notamment la pompe doseuse pour le traitement d’eau et un régulateur d’ambiance Aviline (Sodalec). Le site de Michel Dumont est sous vidéosurveillance, avec une application sur smartphone pour rester en lien et éviter les visites indésirables.

Pour les éleveurs, la construction du site s’inscrit dans le schéma d’installation à venir de Fabien, le fils de la maison.
Pour les éleveurs, la construction du site s’inscrit dans le schéma d’installation à venir de Fabien, le fils de la maison. - © X. Cresp

Un pas vers l’agroenvironnemental

Les nouvelles couleurs du bardage permettent de se fondre dans le paysage. Vivadour mise sur l’aviculture durable avec des panneaux photovoltaïques. Dix bâtiments de volailles sont équipés depuis trois ans. Michel Dumont a opté pour deux toitures de 60 m2. En produisant 9 KW par installation, l’éleveur maîtrise son investissement (20 000 € par bâtiment) et l’amortit en 8 ans grâce au tarif de revente plus intéressant pour les petites unités (0,26 €/KWh). La production d’électricité photovoltaïque apporte un supplément de revenu de 2000 à 3000 euros par bâtiment, après remboursement du prêt.

L’éleveur a investi 320 000 euros pour les quatre bâtiments auxquels s'ajoutent 30 000 euros pour le stockage de paille. Les 40 000 euros d’aides État/région et autant de Vivadour allégent considérablement la barque. L’investissement sera amorti sur douze années.

En tablant sur un poids moyen de 2,2 kg à 82 jours et un indice de consommation de 3,04, le groupement annonce une marge sur poussin, aliment et cotisations de 12,34 €/m2 par lot de poulet (41 €/m2 par an). Après cotisations MSA, et remboursement de l’emprunt, la marge nette annuelle prévisionnelle s’établit dès la première année à 13 800 euros en poulet seul et à 16 308 euros en alternance poulet-pintade-poulet.

Au-delà des chiffres, l’engagement de Michel Dumont résulte d’un choix mûrement réfléchi. « Ce nouveau site s’inscrit dans le cadre de l’installation à venir de notre fils. Une opportunité se présente aujourd’hui, il faut la saisir. Pour atteindre les résultats prévisionnels, il faudra une rigueur de tous les instants. Le choix d’adjoindre la production d’électricité, c’est le plus pour gratter de la marge. J’ai choisi de limiter cet investissement à deux bâtiments pour profiter d’un tarif plus avantageux. Maintenant, il ne nous reste plus qu’à faire tourner le site. Avec de belles volailles du Gers, cocoonées dans des beaux bâtiments, ça devrait le faire. »

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Réussir Aviculture se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Actualités
Prochaine brève

10 brève(s) » voir toutes

Question du mois

Tient-on suffisamment compte des mycotoxines dans les aliments composés?

Répondez à la question

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

Voir tous

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 22 unes régionales aujourd'hui