Réussir Aviculture 01 juillet 2015 à 08h00 | Par Pascal Le Douarin

Un moment Doux pour le ministre de l'Agriculture

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Stéphane Le Foll :  « Sans confiance réciproque, sans responsabilité partagée et sans le respect, on n’y arrive pas. »
Stéphane Le Foll : « Sans confiance réciproque, sans responsabilité partagée et sans le respect, on n’y arrive pas. » - © P. Le Douarin

Le 1er juin, trois ans jour pour jour après le dépôt de bilan de l’entreprise Doux, Stéphane Le Foll s’est rendu à Châteaulin pour une table ronde organisée par le président du directoire, Arnaud Marion. Il s’agissait en quelque sorte de faire le bilan, plutôt positif, de trois années de transition vers un nouveau modèle économique imposé sous la contrainte. Et cela avant la passation du pouvoir financier de Didier Calmels au groupe Terrena. Les congratulations ont été nombreuses. Arnaud Marion et Didier Calmels, futur ex-actionnaire majoritaire, ont remercié le ministre d’avoir convaincu Al Munajem, le principal client saoudien de Doux, d’avoir accepté de participer au capital, et d’être intervenu pour que l’Europe accorde une rallonge de 15 millions d’euros (dont 11 pour Doux) à un moment très difficile. Deux interventions cruciales dans le sauvetage de Doux, en plus de celle d’avoir cru en Didier Calmels et à son projet de continuation. À son tour, le ministre a salué le travail de réorganisation mené par la nouvelle direction, rompant avec un dialogue social et une concertation difficiles. Il a aussi salué cette renaissance acquise collectivement avec les salariés et les éleveurs, ayant valeur d’exemple. Cette unanimité était partagée par les éleveurs, par les fournisseurs et par les syndicats, à l’exception de FO et de la CFDT qui n’oublient pas les 1000 salariés laissés sur le bord de la route. Les partenaires ayant dû abandonner une grande part de leur créance n’ont pas, eux non plus, été remerciés. Ces quelque deux heures de sérénité retrouvée ont fait du bien à un ministre pisté et apostrophé avant et après par des éleveurs de porcs en colère.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Réussir Aviculture se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Question du mois

Tient-on suffisamment compte des mycotoxines dans les aliments composés?

Répondez à la question

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui