Réussir Aviculture 17 février 2017 à 08h00 | Par A. Puybasset

Le Cifog demande au gouvernement d'élargir la zone d'abattage préventif

Le Cifog souhaite un renforcement de la stratégie d'éradication contre le virus H5N8 HP et présente de nouvelles règles de production.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Les canards devront être maintenus à l'intérieur des bâtiments en période de migration des oiseaux sauvages et en cas de passage en risque Influenza aviaire élevé.
Les canards devront être maintenus à l'intérieur des bâtiments en période de migration des oiseaux sauvages et en cas de passage en risque Influenza aviaire élevé. - © A. Puybasset

A l'issue de son conseil d'administration, l'interprofession du foie gras a demandé au ministère de l'agriculture de passer à une étape plus offensive de dépeuplement en établissant une zone géographique d'abattage plus large dans les zones non encore stabilisées du Sud-Ouest. "C'est le seul dispositif permettant d'éradiquer définitivement et plus rapidement ce virus dont les professionnels sont victimes et qu'ils combattent depuis novembre 2016", précise le Cifog dans un communiqué.

L'interprofession a également présenté de nouvelles règles de production à mettre en place dès lors que le virus H5N8 sera maîtrisé. Elles s'articulent autour de 5 axes majeurs :

1. la mise en place d'un système d'alerte sanitaire par les vétérinaires permettant d'être encore plus réactif lors d'un éventuel foyer détecté

2. le renforcement des règles de protection des élevages en période de migration (du 15 novembre au 15 janvier) et en cas de passage en risque sanitaire élevé

Il s'agit du maintien des animaux à l'intérieur des bâtiments, de la conduite en bande unique par site d'exploitation et de la détection systématique de la présence ou non de virus hautement pathogène sur l'élevage avant tout déplacement d'animaux.

3. l'application de durées de vides sanitaires obligatoires (14 jours pour les bâtiments d'élevage, 42 jours pour les parcours, 48 heures pour les salles de gavage et 14 jours consécutifs dans l'année)

4. la mise en place d'un protocole de nettoyage et de désinfection des cages et des camions pour sécuriser le transport

5. La professionnalisation de l'activité des intervenants extérieurs (élaboration d'un guide de bonnes pratiques et contrôles par des organismes tiers)

 

Des pertes estimées à 210 millions d'euros

 

Au 16 février, plus d'1,9 million d'animaux ont été abattus préventivement auxquels s'ajoutent 1,3 million de canards décimés dans les exploitations touchées par le virus. 5 millions de canards n'ont pas pu être mis en production depuis le début de l'épizootie.

Les pertes à ce stade pour l'ensemble des maillons de la filière sont estimées à plus de 210 millions d'euros.

L'Europe a déclaré plus de 1000 foyers dans les élevages et dans l'avifaune. "Les pays les plus lourdement touchés sont la France mais également la Hongrie et la Bulgarie dont la production et l'exportation de foie gras sont presque totalement à l'arrêt", précise le communiqué.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Réussir Aviculture se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Question du mois

Pourrait-on ouvrir le capital des élevages pour permettre d’investir ?

Répondez à la question

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui