Réussir Aviculture 12 novembre 2014 à 08h00 | Par Véronique Bargain

Le canard à rôtir retrouve son niveau de 2012

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © Cicar

Sur les neuf premiers mois de 2014, la situation en canard à rôtir a été plutôt correcte. « Fin 2012, le recul des ventes en France et en Allemagne avait amené la filière à réduire ses mises en place en 2013, expliquait Philippe Guillet, président du Comité Interprofessionnel du canard à rôtir (Cicar). Cette baisse avait permis d’écouler le stock constitué fin 2012. Cette année, la filière a retrouvé un certain équilibre avec un niveau de production proche de 2012, des résultats techniques corrects et des prix plus favorables à la consommation. » Les abattages (600 000 par semaine) sont en hausse de 2,5 % par rapport à 2013.
De nombreux distributeurs français ont rééquilibré les prix du filet et du magret, ce qui favorise la consommation du filet. Pour élargir les occasions de consommation, le Cicar a demandé au Centre culinaire contemporain de Rennes d’imaginer un « style revisité ». Des recettes surprenantes ont été concoctées : tapas d’aiguillette façon Cajun, sushis de filet, filet en croûte de sel…


L’exportation toujours stratégique


L’Allemagne absorbe 20 % de la production française de Barbarie. « En 2013, la viande de Barbarie y avait souffert de la confusion avec le Pékin (moins cher que le Barbarie) et avec le canard gras auquel les Allemands sont opposés, explique Gilles Le Pottier, délégué général
du Cicar. Cette année, les élections ont relégué le bien-être animal au second plan et les ventes se sont mieux passées. Le bien-être animal est toutefois une question de fond qui reviendra. » Pour conforter ses ventes en Allemagne, le Cicar va communiquer pour affirmer le positionnement gastronomique du Barbarie. « Fin 2014 et début 2015 devraient bien se passer, estime Philippe Guillet. La baisse du prix des aliments, très important en canard, devrait permettre des prix plus favorables à la consommation. » Toutefois, l’embargo russe reste une inquiétude. « La France exporte 200 000 à 300 000 canards en Russie. Les abattoirs ont réalisés de gros efforts au niveau des agréments sanitaires. Ils auraient dû porter leurs fruits cette année. J’espère que la raison l’emportera et que le marché rouvrira avant la fin de l’année. »

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Réussir Aviculture se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Actualités
Prochaine brève

10 brève(s) » voir toutes

Question du mois

Tient-on suffisamment compte des mycotoxines dans les aliments composés?

Répondez à la question

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

Voir tous

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 22 unes régionales aujourd'hui