Réussir Aviculture 25 octobre 2013 à 08h00 | Par Véronique Bargain

La palette des systèmes de chauffage s’élargit

L’heure est à l’économie d’énergie dans les bâtiments d'élevage. Pour l'aviculture, les fabricants proposent de nouveaux appareils de chauffage plus performants, moins polluants, avec une meilleure répartition de l’air chaud.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
L’appareil intérieur Bécot Climatique 
est relié 
à l’extérieur par des tuyaux souples ce 
qui permet de le descendre facilement pour le lavage en fin 
de bande.
L’appareil intérieur Bécot Climatique est relié à l’extérieur par des tuyaux souples ce qui permet de le descendre facilement pour le lavage en fin de bande. - © V. Bargain

En ce qui concerne les appareils à combustion directe placés à l’intérieur, l’air frais est pris à l’extérieur et les gaz brûlés sont rejetés hors du bâtiment. L’appareil ne consomme donc pas l’oxygène disponible pour les animaux et ne rejette pas de CO2 dans le bâtiment, ce qui réduit les besoins en ventilation. Elster propose le Thermorizer TR 75, qui pulse l’air chaud par flux laminaire jusqu’à 40-50 mètres. Le rendement annoncé est de 98 %. La cheminée (un tube dans un tube) sert aussi d’échangeur. Le contrôle se fait par eBus. Bécot Climatique lance également un chauffage au gaz qui prend de l’air neuf et rejette les gaz brûlés dehors. Il peut aussi recycler l’air chaud en partie haute du bâtiment. L’économie de gaz annoncée est de 30-40 %. Les deux appareils sont lavables à haute pression.
D’autres fabricants proposent des générateurs d’air chaud placés à l’extérieur. Plus accessibles pour l’entretien, ils s’encrassent moins et limitent les risques d’incendie. Systel propose le PGE 85, un générateur à gaz progressif de 15 à 85 kW. La caisse polyester isolée limite la condensation, ce qui entraîne moins d’entretien, une efficacité supérieure et allonge la durée de vie. Emat propose également un générateur d’air chaud extérieur de 80 kW, Supercikki 80. Un ventilateur radial à pression élevée permet une bonne diffusion de l’air traité dans le bâtiment.

La nouvelle version du générateur extérieur d’air chaud Systel est équipée d’une coque polyester 
qui évite la condensation.
La nouvelle version du générateur extérieur d’air chaud Systel est équipée d’une coque polyester qui évite la condensation. - © V. Bargain

Quelques échangeurs de plus pour compléter la gamme


Les échangeurs, qui permettent de récupérer une partie des calories de l’air chaud sortant, deviennent également plus performants, grâce notamment aux systèmes d’autonettoyage. Le Roy fournit un filtre à poussières. JLC Développement, qui lance une gamme volailles, propose un échangeur d’air à tubes, autonettoyant avec horloge et minuterie. L’autonettoyage régulier améliorerait la performance de l’échangeur. L’économie de gaz annoncée par JLC est de 30-40 %. Précurseur du marché, Systel lance PRC 730, un récupérateur de chaleur avec nettoyage automatique par cartouches filtrantes pouvant traiter 24 000 m3/h. Le bloc échangeur est amovible, ce qui permet de l’enlever pour le nettoyer en cas de problème sanitaire. Sans oublier, le Clim’well (Tuffigo Rapidex) et l’échangeur Pal Bullerman, présentés dans notre précédente édition.
Les solutions évitant l’utilisation du gaz, dont le prix va continuer d’augmenter, sont également plus nombreuses. KWB, fabricant de chaudières-bois de 8 à 300 kW basé à Colmar, ouvrira une agence près de Rennes en 2014. Intertec, qui développe une chaudière à litière, progresse également dans son projet. Le prototype est en fin de fabrication. Il devrait être transféré chez un éleveur du Morbihan en février 2014. Parallèlement, la société a engagé une procédure pour sortir la litière du statut de déchet. Le classement visé, sans doute intermédiaire entre biomasse et déchets, éviterait de suivre les polluants atmosphériques en continu, ce qui diminuerait le coût de 50 %. Une réponse est espérée au printemps.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Réussir Aviculture se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Question du mois

Tient-on suffisamment compte des mycotoxines dans les aliments composés?

Répondez à la question

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui