Réussir Aviculture 10 décembre 2013 à 08h00 | Par Propos recueillis par Pascal Le Douarin

« La notice d’utilisation aide à parvenir aux objectifs » assure Emmanuel Piron

Au-delà de ses qualités de robustesse, un épandeur est aussi une machine qui doit être utilisée en connaissant ses caractéristiques d’utilisation et ses capacités techniques. Quelques conseils d'Emmanuel Piron, responsable du plateau de recherche épandage à l’Irstea.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Emmanuel Piron. « La régulation électronique ne fait rien de plus que le raisonnement humain, mais continuellement et très rapidement pour corriger les paramètres techniques. »
Emmanuel Piron. « La régulation électronique ne fait rien de plus que le raisonnement humain, mais continuellement et très rapidement pour corriger les paramètres techniques. » - © Irstea

. Pour choisir leurs épandeurs, quelles qualités principales recherchent les utilisateurs ?


Emmanuel Piron - « D’abord de la robustesse et de la rusticité pour que les machines soient capables de fonctionner avec des contraintes extérieures agressives. Ensuite de la polyvalence pour s’adapter à une large gamme de produits organiques, allant du fumier frais de bovins au compost léger. Aujourd’hui, 90 % des épandeurs sont à hérissons verticaux. Peu de fumiers sont épandus avec des tables qui sont plutôt réservées aux produits les moins cohésifs, comme les produits issus de volailles. Dans ces cas, l’épandage est nettement amélioré. »


. Que demander au fournisseur de machine avant de faire son choix ?


E. P. - « Bien utiliser un épandeur est plus complexe qu’on ne le croit, car de nombreux paramètres techniques sont à prendre en compte pour maîtriser les répartitions longitudinale et transversale. La notice d’utilisation fournie par le fabricant est très importante : l’utilisateur doit pouvoir régler la machine en fonction des préconisations qu’elle décrit, et pas uniquement à partir de sa propre expérience. La notice doit lui expliquer comment faire concrètement pour parvenir à telle dose avec tel produit : réglages de débit, choix des intervalles entre deux passages (recroisement des apports successifs), moyens de maîtrise des sources de variation de la dose dans la parcelle. C’est une des conditions à remplir pour obtenir la certification EcoÉpandage. En fonction du degré de sophistication des machines, les solutions préconisées sont plus ou moins simples à utiliser et les qualités de travail plus ou moins bonnes. »


. Quelles sont les conditions pour atteindre la dose objectif  ?


E. P. - « Avant tout, il convient de diagnostiquer la largeur de travail réellement obtenue avec le produit, afin de l’adopter comme intervalle de passage. Ensuite, le débit massique réellement délivré doit permettre d’atteindre l’objectif de dose. Vitesse de tapis, section de passage vers les organes d’épandage, masse volumique du produit, vitesse réelle du tracteur sont autant de facteurs qui conditionnent la valeur finale du débit massique. Les maîtriser signifie en connaître les valeurs moyennes, mais aussi les variabilités tout au long de la vidange. »


. Quel système de régulation adopter pour maîtriser les variations de débit ?


E. P. - « La régulation électronique ne fait rien de plus que le raisonnement humain, mais elle le renouvelle continuellement et très rapidement dans un but d’adaptation aux variabilités des paramètres techniques. Un DPA de base permet d’adapter la vitesse du tapis à celle du tracteur, de sorte que le débit de sortie reste constant. Mais il reste encore deux paramètres déterminants du débit : la section du tas et sa masse volumique.
Le système idéal est donc celui qui permet de maîtriser en continu les trois paramètres. D’où l’apparition de la pesée dynamique et des volets d’accompagnement ou des dispositifs de suivi de contour. Mais un inconvénient de l’assistance électronique est de faire oublier à l’utilisateur comment raisonner, donc de perdre en technicité. »

Le PRT PEE de Montoldre

Le Plateau de recherche technologique orienté sur l’épandage, est situé dans l’Allier. Un banc de mesure des performances d’épandage des produits organiques (Cemob) y est présent.
Il permet la réalisation des mesures nécessaires à la recherche ou à la validation de solutions technologiques, mais aussi celles nécessaires à la certification ÉcoÉpandage des épandeurs.

 

 


- © P. Le Douarin

Pour en savoir plus

Voir dossier de Réussir Aviculture de novembre 2013. RA n°191 p. 10 à 19.


Au sommaire :

p. 12 - Une qualité d’épandage à géométrie variable
Répartition longitudinale et transversale

p. 13 -  Aller vers des niveaux croissants de maîtrise
Pour atténuer les écarts de répartition

p. 15 - « La notice d’utilisation aide à parvenir aux objectifs »
Emmanuel Piron, Irstea

p. 16 - Un épandeur à hérissons simple et polyvalent
Chez Jean-Pierre Loubeyre

p. 18 - « Deux épandeurs pour couvrir nos besoins »
À la Cuma des Amis

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Réussir Aviculture se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Question du mois

Tient-on suffisamment compte des mycotoxines dans les aliments composés?

Répondez à la question

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui