Réussir Aviculture 15 juin 2015 à 08h00 | Par La rédaction

La filière œuf lance le passeport de la poule

Approuvé en janvier par le conseil du CNPO, le passeport de la poule se met en place dans la filière œufs de consommation.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Pour la filière œufs de consommation, le passeport est à triple usage : économique, sanitaire et réglementaire.
Pour la filière œufs de consommation, le passeport est à triple usage : économique, sanitaire et réglementaire. - © A. Puybasset

Une base de données fiables renseignant sur l’état exact de l’offre d’œufs de consommation a beaucoup manqué lors de la crise de 2013 estime le comité interprofessionnel de l’œuf (CNPO). Pour tracer la production, les suivis des mises en place de poulettes notifiées au CNPO et les déclarations (aux DDPP) des mouvements de poules ne permettent pas d’atteindre une fiabilité suffisante. Dénommée passeport de la poule, cette base de données vient d’être créée par et pour la profession qui en gardera la gouvernance. Une condition essentielle pour le CNPO.

Son objectif est économique, sanitaire et réglementaire

Elle va permettre de renseigner la filière sur l’état réel du parc d’élevage, par région et par mode d’élevage, et de suivre en temps réel les effectifs de poulettes et de poules. Les données récoltées sur les poulettes permettront d’affiner considérablement les prévisions de production d’œufs.

Enfin, cette base de données sera agréée par l’État pour être l’unique outil de déclaration Cerfa, « quand elle aura fait la preuve de son efficacité auprès de la direction générale de l’Alimentation (DGAL) , précise Cécile Riffard, la déléguée du CNPO. La profession ne lui communiquera pas autre chose que ce qui est de nature réglementaire ».

Un calendrier en deux étapes

Jusqu’au mois d’août, les organisations de production seront sollicitées pour accompagner les éleveurs dans leur démarche d’enregistrement des informations initiales (localisations des bâtiments, adresses précises, codes Inuav…) qui constituent la trame de la base. Les éleveurs indépendants pourront s’inscrire sur un portail internet. Cécile Riffard estime qu’environ 2500 éleveurs ayant de plus de 250 poules sont concernés.

À partir du mois de septembre, le CNPO organisera des réunions d’information. Les éleveurs ou les organisations de production inscriront eux-mêmes les mouvements d’animaux (entrées-sorties) habituellement réalisés sur la fiche Cerfa du programme national de lutte contre les salmonelles. La fiche sera à imprimer pour envoi à la DDPP, l’objectif étant à terme de supprimer le papier par une procédure totalement informatisée.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Réussir Aviculture se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Question du mois

Tient-on suffisamment compte des mycotoxines dans les aliments composés?

Répondez à la question

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui