Réussir Aviculture 22 décembre 2016 à 08h00 | Par P. Le Douarin

L’éthique animale oriente les marchés

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Pour les consommateurs français, le mode d'élevage devient un critère d'achat aussi important que l'origine
Pour les consommateurs français, le mode d'élevage devient un critère d'achat aussi important que l'origine - © A.puybasset

Les attentes sociétales des consommateurs des pays développés évoluent. Après l’émergence du bien-être animal dans les années 90, l’éthique animale est en plein développement. L’ensemble du processus de production et de transformation est passé au crible de jugements de valeurs sur l’attention à accorder aux animaux d’élevage.

Ecoutant ou devançant les attentes des consommateurs, et sans attendre de changements venus de l’amont, de grandes entreprises distributrices et utilisatrices de produits finis affirment de plus en plus leurs exigences aux filières de production.

C’est ainsi que mercredi 21 décembre, trois groupes internationaux ont pris position sur les modes de production des œufs et des poulets :

 

- D’ici 2020, le groupe d’hôtellerie et restauration AccorHotels (Ibis, Mercure, Sofitel…) fournira ses points de restauration en œufs coquille ou liquides issus de poules élevés en plein air dans les pays où des filières existent. Il a signé un partenariat avec l’ONG américaine Humane society international, afin « d’identifier des solutions responsables » dans le monde entier. L’Europe est concernée dès 2020 et les autres pays possibles en 2024 ;

- D’ici 2020, le groupe Carrefour supprimera sous sa marque la vente des œufs issus de poules en cage. Cette décision fait suite à des échanges avec des ONG basées en France (Welfarm-PMAF notamment). L’enseigne annonce vouloir mettre en place une contractualisation spécifique sur 3 ans minimum avec ses fournisseurs pour créer de nouveaux élevages ou en reconvertir. En 2017, Carrefour devrait proposer une viande de dinde plein air dans le cadre d’une filière Qualité affirme Welfarm.

- D’ici 2024, la filiale nord-américaine de Sodexo, spécialiste de la restauration collective, se fournira en viande de poulet à moindre croissance et répondant à des critères bien être (densité de 30 kg/m2 au maximum, milieu enrichi, éclairé naturellement, conditions d’abattage). Sodexo USA a déjà annoncé la suppression des œufs issus de cage d’ici fin 2020. Le groupe a noué un partenariat avec l’ONG Human society of the United states (HSUS).

 

 

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Réussir Aviculture se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Question du mois

Pourrait-on ouvrir le capital des élevages pour permettre d’investir ?

Répondez à la question

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui