Réussir Aviculture 26 août 2015 à 08h00 | Par P. Le Douarin

« Hubbard investit fortement dans sa R&D » explique Olivier Rochard, son directeur général

Le sélectionneur français de poulets revendique la place de numéro un du marché mondial du poulet coloré et continue à développer ses positions sur celui du poulet standard.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Olivier Rochard, 47 ans, est directeur général de Hubbard depuis trois ans et depuis seize ans au sein du groupe Grimaud, notamment à la direction d’Eclosion devenu Grimaud Frères Sélection. Ingénieur agronome INA-PG et fils d’éleveurs des Deux-Sèvres, il a débuté comme technicien en palmipèdes gras, ce qu’il n’oublie jamais dans son quotidien de métier de production.
Olivier Rochard, 47 ans, est directeur général de Hubbard depuis trois ans et depuis seize ans au sein du groupe Grimaud, notamment à la direction d’Eclosion devenu Grimaud Frères Sélection. Ingénieur agronome INA-PG et fils d’éleveurs des Deux-Sèvres, il a débuté comme technicien en palmipèdes gras, ce qu’il n’oublie jamais dans son quotidien de métier de production. - © P. Le Douarin

Que représente Hubbard?

Olivier Rochard

« Nous sommes sept cent cinquante personnes réparties entre la France (350 collaborateurs) et d’autres pays leaders en aviculture (USA, Brésil, Pologne), avec des unités de recherche – développement et de production. Nous avons une présence mondiale avec un réseau de techniciens, des représentants locaux et des distributeurs de nos produits dans la plus part des pays producteurs de poulets. Nous fournissons des reproducteurs sélectionnés, mâles et femelles, aussi bien pour les marchés de volailles colorées et alternatives que pour ceux de poulets conventionnels à croissance rapide. Nos ventes se répartissent à 80 % sur le conventionnel et 20 % sur le coloré que nous appelons aussi "Premium". Nous sommes leaders mondiaux de ce premium avec 75 % de part des marchés accessibles à la génétique. »

Quelles sont vos forces ?

Olivier Rochard

« Disposer d’un pool génétique riche et varié pour les marchés conventionnels et premium permettant de répondre à tous les segments du marché. Nous avons aussi accumulé un savoir-faire de presque 95 ans avec des équipes professionnelles, multiculturelles et multidisciplinaires qui ont vraiment « l’amour du maillot Hubbard». Nous accompagnons nos clients du monde entier avec de l’expertise technique sur les GP, parentales, broilers, couvoirs ; du conseil (vétérinaire, contrôle qualité, nutrition) et même de l’accompagnement marketing. Une de nos forces principales est  d’assurer une qualité des produits aussi bien sanitaire qu’organoleptique, partout dans le monde. Nous sommes aussi reconnus depuis de nombreuses années pour notre gamme de produits ayant la meilleure efficacité alimentaire.C’est pourquoi nous communiquons depuis 2013 sur le "less feed, more meat", qui traduit l’aptitude de nos poulets à produire plus de viande de qualité pour le meilleur coût alimentaire. Ce logo accompagne toutes nos communications. »

Et vos faiblesses ?

Olivier Rochard

« Nous estimons que la part  du marché mondial qui priorise le rendement filet est de l’ordre de 30 %. Nous sommes moins présents sur ce marché que nous ne le souhaiterions. Ce critère, éliminatoire pour certains clients, devient néanmoins un avantage sur d’autres marchés où le prix pour les pattes ou les ailes sont équivalents, voire plus élevés que pour le filet. Tests à l’appui nous sommes aussi performants, voire meilleurs que nos concurrents sur les critères recherchés par ce type de marché. Cependant, pour pénétrer un nouveau pays, il faut du temps pour se faire connaître, faire connaître nos produits et trouver la bonne clé d’entrée.

Sur quels marchés opère Hubbard ?

Olivier Rochard

« Nous sommes très bien implantés dans de nombreux pays depuis longtemps (Hubbard exporte dans plus de 80 pays). Notre gamme de produit nous permet de répondre aux exigences de divers marchés poulets standards (du poulet lourd au poulet export) aux marchés premium (par exemple certifié, label rouge et le « poulet de demain » en Hollande). Historiquement Hubbard est reconnu pour ses produits premium. Nous accompagnons aujourd’hui le fort développement des marchés différenciés en Europe du Nord qui se focalisent sur une production respectant le bien-être animal et la non-utilisation d’antibiotique. Nos coqs reproducteurs sont réputés mondialement. Ils allient le GMQ à l’indice de consommation, la fertilité à la rusticité. Aux Etats-unis, près de 40% des poules sont équipées d’un coq Hubbard. »

Quelle est votre présence en France ?

Olivier Rochard

« Plus d’un poussin sur deux en France est issu de la génétique Hubbard. Nous sommes très présents sur les marchés label rouge, certifié et premium. Nous sommes également le fournisseur du marché du poulet Export et développons nos ventes et une collaboration avec des clients positionnés sur le marché du poulet standard. »

Pourquoi Hubbard est moins présent sur le conventionnel en France ?

Olivier Rochard

« Parce que les opérateurs se focalisent sur le rendement filet, même si tous les poulets ne sont pas désossés. Ceci compte dans un pays où notre avantage en rendement cuisse supérieur est mal valorisé. Nous investissons beaucoup dans les équipes, la R&D, dans des technologies très innovantes et travaillons en partenariat avec les opérateurs français pour mettre en adéquation nos produits avec les attentes du marché. Nous préparons notre avenir sur ce segment de marché. »

Quelles sont les évolutions génétiques à attendre?

Olivier Rochard

« Après l’intégration réalisée après le rachat par le groupe Grimaud, Hubbard est désormais en plein développement. Nous avons et nous continuons à investir dans les équipes, leur formation, dans de nouvelles installations comme sur notre centre de produits Premium dans l’Yonne et sur les toutes dernières technologies d’élevage. Notre budget R&D est passé de 12 à 14% et nous irons dès que possible à 16% de notre chiffre d’affaire. Nous jouissons d’un bon développement de nos ventes dans le monde (particulièrement en Asie). Nous comptons bien progresser fortement sur le rendement filet de nos produits dans les toutes prochaines années, tout en conservant les qualités de reproduction et de rusticité tant appréciées de nos clients. Nous souhaiterions aussi faire redécouvrir les avantages de nos produits avec leur très bas niveau de pododermatites en poulets standards. Celle-ci sont indéniables, unanimement reconnues et un bon moyen d’apporter une réponse déjà existante à l’évolution des règlementations européennes et aux préoccupations sociétales grandissantes. »

Propos recueillis par Pascal Le Douarin

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Réussir Aviculture se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Question du mois

Tient-on suffisamment compte des mycotoxines dans les aliments composés?

Répondez à la question

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui