Réussir Aviculture 19 décembre 2013 à 08h00 | Par Pascal Le Douarin

Dossier - Ventiler autrement en dynamique

Des fournisseurs nord-européens de ventilation viennent en France pour bousculer l’hégémonie de la ventilation transversale à extraction mono-latérale. C’est aussi l’occasion d’une remise à plat des certitudes.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
En traversant nos frontières, il est assez facile de constater les différences de dimensions des bâtiments et de conceptions de ventilation.
En traversant nos frontières, il est assez facile de constater les différences de dimensions des bâtiments et de conceptions de ventilation. - © J.-F. Olivier

Le secteur de la volaille de chair « conventionnelle » est pressuré par une concurrence européenne croissante. Parmi les causes de sa moindre compétitivité, le maillon élevage est souvent cité, avec son manque d’investissements et ses modèles de production dépassés. En traversant nos frontières, il est assez facile de constater les différences de dimensions des bâtiments et de conceptions de ventilation. Ceux-ci sont plus larges, plus hauts, plus grands. Les performances techniques sont meilleures, surtout en production de poulet, plus facile à comparer d’un pays à l’autre. Ce chemin, beaucoup d’organisations de production l’ont fait ces dernières années. Certaines ont voulu aller plus loin, en transférant ces technologies (bâtiments neufs) ou bien en les adaptant au contexte français (rénovations). Deux firmes allemandes (Big Dutchman, Pal-Büllerman) et une danoise (Skov) ont aussi fait ce pari. Et depuis trois ans, moins d’une centaine d’éleveurs « pionniers » ont franchi le pas. Ces ventilations apportent-elles de réelles nouveautés techniques et conceptuelles ? Première caractéristique, les entrées d’air se font toujours par de petites trappes avec un réglage hiver et un réglage été. Deuxièmement, les trois outsiders ne préconisent pas l’entrée d’air mono-latérale et l’extraction du côté opposé. Selon eux, les flux d’air ne circulent pas correctement dans les poulaillers français au-delà de 11 à 13 mètres. Ils proposent des entrées « double latérales » pour élargir la zone balayée, jusqu’à 20 mètres et plus. Troisièmement, les modes de ventilation sont mixtes avec des ventilateurs en démarrage (phase endothermique) et des turbines placées en pignon (phase exothermique). Quatrièmement, ils proposent des positionnements de ventilateurs dans toutes les parois (toiture, longs pans, pignons), seuls ou regroupés. Cinquièmement, l’éleveur n’est pas considéré comme un informaticien ou un électro-mécanicien. Leurs procédures de régulation sont très automatisées.

 

« Des fabricants nord-européens sûrs de leur haute technicité »

 


Ces nouveaux fournisseurs sauront-ils durer face à des fournisseurs français, notamment au leader Tuffigo Rapidex, qui a formé la plupart des techniciens et des éleveurs à ses produits ? Ce dernier a déjà réagi en proposant autre chose que la ventilation transversale. Leur pérennité dépendra de la satisfaction des pionniers, mesurée par les performances et les coûts énergétiques. Elle dépendra aussi de leurs capacités à répondre aux questions et aux dysfonctionnements. Chaque éleveur veut être sûr d’être compris et dépanné 24 heures sur 24 par un technicien compétent. Si ces outsiders sont à la hauteur, la technicité des élevages sera renforcée et stimulée.

- © P. Le Douarin

Pour en savoir plus

 


Voir dossier de Réussir Aviculture de décembre 2011, RA n°192, p10 à 19.

Au sommaire :

p.12 - Tuffigo Rapidex s’adapte à la concurrence

p. 14 - Big Dutchman conquiertles éleveurs français

p. 16 - Skov veut faire bouger les lignes

p. 18 - Pal-Bullerman s’implante en Pays de la Loire

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Réussir Aviculture se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Question du mois

Tient-on suffisamment compte des mycotoxines dans les aliments composés?

Répondez à la question

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui