Réussir Aviculture 12 mai 2017 à 08h00 | Par Pascal Le Douarin

Des virus H5Nx mondialement partagés

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Le rôle prépondérant joué par les migrateurs, en tant que réservoir et vecteur des virus influenza H5Nx ne fait plus débat.
Le rôle prépondérant joué par les migrateurs, en tant que réservoir et vecteur des virus influenza H5Nx ne fait plus débat. - © Ludovic Vimond

Jusqu’il y a vingt ans, les virus influenza des sous-types H5 et H7 faiblement pathogènes, naturellement présents dans l’avifaune sauvage, pouvaient devenir hautement pathogènes en infectant les volailles domestiques, mais les cas restaient isolés et étaient assez vite contenus. Tout a changé avec l’apparition du virus H5N1 dénommé A/Oie/Guangdong/1/1996H5N1. Cette lignée hautement pathogène pour la volaille est apparue en Chine en 1996. À partir de 1997, elle a tué des humains en contact étroit avec des volailles infectées, sans franchir la barrière d’espèce. Elle s’est répandue en Asie, en Europe (« grippe aviaire » de 2005-2006), au Moyen-Orient et en Afrique. Au cours des deux décennies, H5N1 a évolué en de nombreuses sous-lignées. Le virus a subi de multiples réassortiments génétiques (lire glossaire), mais il conservait toujours sa neuraminidase N1 d’origine.

Entre 2013 et 2015 une nouvelle sous lignée H5N1 (apparue en Chine en 2008), désignée par le code « clade 2.3.4.4 », s’est soudainement propagée dans une grande partie du monde. Au cours de son périple, elle a subi des réassortiments. Elle a perdu son N1 originel au profit de nouvelles neuraminidases : N2, N3, N5, N6 et N8. Cette série d’événements a donné naissance à des virus "H5Nx clade 2.3.4.4”, X désignant une N variable. Les H5N6 prédominent en Asie, tandis que des sous-lignées H5N8 ont été exportées de la Chine vers l’Europe et vers l’Amérique du Nord, en transitant par les régions arctiques.

Les migrateurs, un bouillon de culture

Au début de l’année 2015, le virus H5N8 s’est réassorti en H5N1 et H5N2 en Amérique du Nord, où il a causé d’énormes pertes. Au bout de six mois, H5N1 et H5N2 ont presque tous disparu et H5N8 a reculé de façon spectaculaire en Europe, comme l’ont montré des chercheurs néerlandais de l’équipe de MJ Poen. En 2014-2015, les décès d’oiseaux sauvages étaient rares. Le rôle prépondérant joué par les migrateurs, en tant que réservoir et vecteur des virus influenza H5Nx ne fait plus débat. Au printemps, les migrateurs convergent de plusieurs continents (Amérique du Nord et du Sud, Asie, Europe, Afrique…). Ils se reproduisent dans les régions arctiques (Alaska, Sibérie, Mongolie) et se transmettent des virus. Puis, lors de la migration descendante d’automne, des échanges se produisent avec d’autres oiseaux, dont des domestiques.

- © Infographie Réussir

Renforcement de la pathogénicité de H5N8

À l’été 2016, des H5N8 clade 2.3.4.4 venus de Russie et de Mongolie se sont à nouveau propagés le long des voies de migration, jusqu’à l’Europe, l’Afrique du Nord, le Moyen-Orient et l’Inde. Contrairement à 2014-2015, la vague H5N8 actuelle entraîne la mort de nombreux canards et d’espèces d’oiseaux sauvages. Les scientifiques pensent qu’à la suite de changements génétiques, les virus H5Nx sont devenus plus transmissibles ou plus stables dans l’environnement ou bien encore plus stables chez les oiseaux sauvages. Une étude récente accrédite cette hypothèse. Le chercheur Hungbuo Guo et son équipe ont examiné les mutations d’un virus H5N8 européen de 2014 et les propriétés de liaisons du récepteur de son hémagglutinine H5. Ils estiment que l’altération de la spécificité de liaison permet à H5 de s’associer à une grande variété de sous-types N. Cette nouvelle propriété des virus de lignée H5Nx explique-t-elle leur propagation soudaine et explosive ? D’autres changements sont-ils en cause ? C’est vraisemblable. Anne Pohlmann, chercheuse allemande à l’Institut Friedrich Loeffler, vient de montrer que le virus H5N8 européen a subi des réassortiments depuis l’été 2016, qui seraient la cause des fortes mortalités observées.

Trois virus H5Nx circulent en Europe

Courant janvier, cet institut a aussi découvert des virus H5N5 hautement pathogènes vis-à-vis d’oiseaux sauvages et d’élevages allemands. D’autres pays ont déclaré du H5N5 (mais pas la France). En février, un nouveau sous-type H5N6 a été détecté en Grèce. Les chercheurs s’interrogent. Plus que jamais, une démarche internationale concertée est indispensable. Une meilleure compréhension des processus d’adaptation des virus permettrait de mieux prévenir et contrôler la transmission des H5Nx entre oiseaux sauvages, oiseaux domestiques et mammifères (Homme compris). Aucune filière ou aucun État ne pourra résoudre seul une épidémie mondiale et multicible (avifaune sauvage et captive, élevages familiaux et de rente…). D’autant qu’elle risque de se renouveler au gré des migrations.

- © Infographie Réussir

Glossaire

• Hémagglutinine (H) Cette molécule complexe (dont il existe 17 formes) est portée à la surface du virus, lui permettant de se fixer à des récepteurs spécifiques des cellules de la cible. Puis au virus de pénétrer la cellule.

• Neuraminidase (N) Cette molécule (9 formes connues) portée sur l’enveloppe virale, joue un rôle complémentaire de H. Elle permet aux nouveaux virus formés de se détacher de la cellule infectée pour aller en infecter d’autres.

• Réassortiment génétique Les huit brins d’ARN du virus peuvent être en partie échangés lorsque deux virus différents infectent la même cellule. Le virus résultant peut-être nouveau et plus pathogène vis-à-vis d’oiseaux, mais aussi d’autres espèces (mammifères notamment).

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Réussir Aviculture se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Question du mois

Pourrait-on ouvrir le capital des élevages pour permettre d’investir ?

Répondez à la question

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui