Réussir Aviculture 04 février 2016 à 08h00 | Par La rédaction

Comment gérer son poulailler sur sol bétonné

À la suite d’une campagne de mesures de température, Paul Robin lance des pistes de réflexion sur la manière de piloter un poulailler de volailles chair sur sol bétonné.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Si on veut garder une inertie thermique durant l’interbande, il faut seulement isoler la dalle au pourtour, sur une bande d’environ 1,5 m.
Si on veut garder une inertie thermique durant l’interbande, il faut seulement isoler la dalle au pourtour, sur une bande d’environ 1,5 m. - © P. Le Douarin

C’est dans le cadre d’une étude sur les bâtiments d’élevage que l’Inra, les chambres d’agriculture de Bretagne et l’Itavi ont réalisé une campagne de mesures comparant les températures (extérieur, ambiance à différentes hauteurs du sol, sol béton à différents points), sur deux lots de poulets conduits en Bretagne pendant l’hiver 2013-2014. Les enseignements ont été présentés par le chercheur Paul Robin le 8 décembre, lors d’une réunion technique de la chambre régionale d’agriculture de Bretagne.

Homogénéiser les températures

Dans la phase de préchauffage, la température de l’air est supérieure à celle de la dalle, sachant que l’objectif est d'atteindre 28 °C au sol lors de l’arrivée des poussins. Dès que les aérothermes à gaz sont actionnés, une stratification des températures est mesurable dans le bâtiment étudié. Elle atteint 10 °C d’écart entre le sol et 0,5 m de hauteur et 10°C supplémentaires entre 0,5 m et 4,5 m. Selon Paul Robin, il serait possible de faire des gains de chauffage en utilisant un système de brassage qui homogénéise l’air.

En période de démarrage, il a aussi été constaté des refroidissements périphériques rapides dus à la pluie (moins de 1 °C d'écart à 2 m de la paroi mais 5 degrés à 10 cm). Bien que le pourtour du bâtiment soit bétonné, les pluies ont produit cet effet par écoulement sous la dalle. Paul Robin juge préférable d’isoler le pourtour intérieur sur 1 m à 1, 5 m de large.

Gérer le stock de chaleur

Dans la seconde moitié d’élevage, c’est le sol et les poulets qui réchauffent l’air. En présence des volailles, le béton garde une température assez stable, proche de 30°C. L’énergie calorique des poulets s’accumule dans et sous la dalle non isolée. Après leur départ, la dalle se refroidit peu à peu et restitue la chaleur. Ce déstockage ne se produit pas avec un béton complètement isolé a fait savoir un éleveur. Les mesures ont montré que l’apport de litière neuve, même mince (2 à 3 cm) sur sol nettoyé, divisait les pertes caloriques par deux. La question de l’enlèvement immédiat ou différé du fumier a été posée dans le cas d’une interbande allongée. A contrario, recouvrir une dalle froide l’isole et allonge la durée ou augmente la température du préchauffage.

Ces premiers résultats, riches d’enseignements, devraient être complétés par des simulations sur les durées optimales de préchauffage, fonction du type de dalle, de la durée du vide et de la saison.

- © Infographie Réussir

Découpage de la gestion d’ambiance sur sol béton

- De l’enlèvement au vide sanitaire :

profiter de la chaleur stockée pour sécher le bâtiment après un lavage précoce ;

- Au vide sanitaire :

ralentir le refroidissement (fermer le bâtiment, litière isolante sur la dalle) ;

- Au préchauffage :

surveiller la montée en température du sol avec un thermomètre infrarouge (28 °C) et déstratifier l’air avec des brasseurs d’air ;

- Pendant le démarrage :

assurer le confort thermique des poussins (température, vitesse d’air faible), évacuer l’eau excrétée en montant le mini de renouvellement d’air, limiter si nécessaire les accès aux bordures froides ;

- En fin d’élevage :

équilibrer apports et pertes d’eau pour maintenir la litière sèche (trio débit, dépression, vitesse). Éventuellement jouer sur les densités pour réduire les fientes dans les zones humides.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Réussir Aviculture se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Question du mois

Tient-on suffisamment compte des mycotoxines dans les aliments composés?

Répondez à la question

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 22 unes régionales aujourd'hui