Réussir Aviculture 04 mai 2015 à 08h00 | Par Pascal Le Douarin

Boyé Accouvage renouvelle ses élevages

Le couvoir Boyé a entrepris le renouvellement de ses élevages fournisseurs d’œufs à couver.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Nouveauté en Gatine, le béton intégral du sol jusqu'au plafond, courant chez nos voisins du Nord de l'Europe.
Nouveauté en Gatine, le béton intégral du sol jusqu'au plafond, courant chez nos voisins du Nord de l'Europe. - © P. Le Douarin

« Couvoir recherche éleveurs, désespérément ». Tel pourrait être le titre d’une annonce du couvoir Boyé, producteur de poussins et de pintadeaux. Selon Bénédicte Legrix, responsable de la production de l’activité Gallus, installer un nouveau site de production d’œufs à couver tient du parcours du combattant. « Vus les engagements financiers et les conséquences d’un échec, pour l’éleveur comme pour le couvoir, nous avons besoin du maximum de garanties. » Il faut que le couple « éleveur-site » réponde à de nombreux critères : risque sanitaire, distance, capacités financières et potentiel du candidat (motivation, disponibilité, formation, rigueur…). « Le plus souvent, c’est le profil qui bloque le projet », avoue Bénédicte.

Un concept inspiré des Nord-Européens

Le concept élaboré par Boyé est largement influencé par les pratiques de nos voisins belges, allemands, néerlandais. Après plusieurs visites chez ces derniers, le service technique a opté pour des bâtiments obscurs et étanches, procurant des conditions d’élevages techniquement maîtrisables et minimisant les risques sanitaires. L’unité de base comprend un ou deux poulaillers de 12 000 poules en souches mini et 11 000 en lourde). Réclamant une UTH et demie (une pour 12 000 poules), la configuration en double sécurise le fonctionnement de l’atelier (vacances, maladie, accident). « Nous tenons à ce que nos éleveurs puissent avoir la possibilité de dégager du temps pour prendre du recul et pour tenir sur le long terme », souligne Bénédicte Legrix.

Le premier site de ce type a vu le jour chez Etienne Mimeau à deux kilomètres des couvoirs. La structure entièrement bétonnée, du sol au plafond, abrite 24 000 poules.

Accompagnement financier annualisé

Outre l’accompagnement du porteur de projet et la garantie du débouché, Boyé participe au financement sous la forme d’une aide annualisée de 8,7 euros par mètre carré pendant dix ans. L’amortissement s’étend de 9 ans (22 % de l’investissement) à 18 ans (52 %), étalant la charge financière. « Le différentiel de prix avec un bâtiment sandwich conventionnel est de 10 euros du mètre carré », souligne Bénédicte Legrix.

Boyé Accouvage a fait le choix de bâtiments dynamiques obscurs conduits en une ou deux unités de 11 ou 12 000 poules.
Boyé Accouvage a fait le choix de bâtiments dynamiques obscurs conduits en une ou deux unités de 11 ou 12 000 poules. - © P. Le Douarin

Un tiers du parc de Boyé Accouvage à renouveler

Pour remplacer un parc vieillissant et des éleveurs proches de la retraite, un tiers de la surface de production va devoir être renouvelée. Dans les trois à cinq années, le couvoir souhaite faire construire 3000 m2 par an. Boyé produit un million de poussins par semaine, dont 80 % en classique (F15 et en majorité PM3 ou 308), 20 % en coloré (JA57) et 200 000 pintadeaux (Essor et Galor). Filiale du groupe Cana depuis 1990 puis de Terrena, Boyé Accouvage va bientôt fêter ses 60 années d’existence. Toujours installé en Gâtine, non loin de Parthenay dans les Deux-Sèvres, le site comprend trois couvoirs : pintade, Gallus et un sanitaire pour certains lots. Il emploie 110 personnes. Alors que les élevages de pintades sont détenus par le couvoir, la partie Gallus est externalisée. Huit éleveurs élèvent les reproducteurs, tandis que trente autres produisent les œufs à couver.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Réussir Aviculture se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Question du mois

Tient-on suffisamment compte des mycotoxines dans les aliments composés?

Répondez à la question

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui