Réussir Aviculture 20 octobre 2017 à 08h00 | Par Sophie Bourgeois

Avril mise sur la biosécurité et les spécialités nutritionnelles

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Jean-Pierre Paillot (à g), directeur général d’Avril Spécialités Animales et Michel Boucly, directeur général délégué du groupe Avril lors de la présentation de la nouvelle identité et de la stratégie d’ASA.
Jean-Pierre Paillot (à g), directeur général d’Avril Spécialités Animales et Michel Boucly, directeur général délégué du groupe Avril lors de la présentation de la nouvelle identité et de la stratégie d’ASA. - © S. Bourgeois

Avril Spécialités Animales (ASA), la nouvelle entité du groupe Avril sur les additifs alimentaires et les produits d’hygiène, vise un déploiement à l’international. « Avril ambitionne de devenir l’un des leaders mondiaux de la gestion et de l’optimisation de la performance des élevages au travers de solutions nutritionnelles et d’hygiène innovantes pour des productions animales durables », a expliqué fin juin Michel Boucly, directeur général délégué d’Avril. Le prémixeur Salus au Brésil a rejoint le groupe en 2016, suivi début 2017 par l’allemand Ewabo, leader européen des produits d’hygiène de l’élevage hors-sol. « Sur les trois prochaines années, d’autres acquisitions seront menées », annonce Jean-Pierre Paillot, directeur général d’ASA.

La branche génère environ 200 millions d’euros de chiffre d’affaires, avec vingt-deux entreprises et douze usines dans sept pays. ASA regroupe quatre activités. La nutrition, avec la nouvelle activité des spécialités nutritionnelles portée par le concept VStar Technology de MixScience. Cette technologie innovante d’enrobage-relargage vise une meilleure efficacité des régulateurs de flore, actifs antimicrobiens, capteurs de toxines. La biosécurité est portée par Theseo (ex-Sogeval) qui développe de nouvelles générations de désinfectants. L’activité aliment liquide se renforce car Dielna, déjà leader sur le marché français, vient de reprendre en juin celle de Provimi. ASA abrite aussi Nolivade, qui développe des flores de barrière.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Michel MANH (22) | 21 octobre 2017 à 15:46:51

De l'Or en main. Je veux être le représentant exclusif en Côte d'Ivoire.

Michel MANH (22) | 21 octobre 2017 à 15:48:04

Excellente pratique. Je veux être le Représentant exclusif en Côte d'Ivoire.

Michel MANH (22) | 21 octobre 2017 à 15:49:49

Merci de cet article très innovant pour le concept de développement durable.

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Réussir Aviculture se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Question du mois

Pourrait-on ouvrir le capital des élevages pour permettre d’investir ?

Répondez à la question

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui