Réussir Aviculture 05 septembre 2012 à 17h30 | Par P. Le Douarin

Audience du 5 septembre au Tribunal de commerce de Quimper - Huis clos pour les repreneurs du pôle Doux Frais

Ce mercredi 5 septembre après-midi, jets d’œufs et insultes, telles que « traître » et « lâche » prononcés par les futurs licenciés de l’abattoir de Graincourt, ont accueilli Charles Doux à son arrivée au tribunal de commerce de Quimper.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Charles Doux est arrivé au Tribunal de Commerce par une porte latérale sous les huées de futurs ex-salariés du Nord
Charles Doux est arrivé au Tribunal de Commerce par une porte latérale sous les huées de futurs ex-salariés du Nord - © P. Le Douarin

Une centaine de personnes, dont de rares éleveurs, ont répondu à l'appel des syndicats. Pour éviter la pagaille de l’audition du 27 juillet, seules les personnes inscrites sur une liste ont pu pénétrer dans la salle d’audience.

Les juges ont donc examiné à huis clos les offres de reprise partielles des sites du pôle frais. Selon les syndicats, auxquels les offres ont été présentées la veille en CCE, celles-ci conduiraient au licenciement d’un millier de salariés sur les 1700.

 

 

 

 

 

 

Incertitudes pour Pleucadeuc

 


L’offre LDC pour la reprise des sites de Sérent et de Laval semble la mieux placée.

 


Alors qu’aucune offre n'a été formulée pour Graincourt (Pas-de-Calais), La Vraie Croix (Morbihan) et le Pontet (Vaucluse), le sort de l’abattoir de Pleucadeuc (Morbihan) reste incertain. En effet, pour prétendre à la reprise des outils de la région Centre (Boynes, Amilly et Clémont), l’alliance Glon Sanders-Duc a fait également une offre pour Blancafort, sous condition. Elle reprendrait ce site si Doux n’est pas autorisé à reprendre Pleucadeuc. Doux pourrait donc racheter des dindes à Glon Sanders. D’autre part, Blancafort est mieux équipé que Pleucadeuc pour abattre des dindons lourds. Le groupe Glon Sanders est coactionnaire d’un abattoir de dindes en procédure de sauvegarde (TDI) et la Bretagne est surcapacitaire en abattage de dindes.



Pour les syndicats, la gestion du redressement judiciaire du groupe Doux est un "fiasco économique et social". Pour Nadine Hourmant, déléguée FO, le plan de sauvagerde de l'emploi (PSE) proposé mardi en CCE est « au ras des pâquerettes ». La cession du pôle frais sera bientôt suivie de l’annonce d’une restructuration de ce qu’il reste du groupe. Même avis à la CGT, avec Raymond Gouiffes qui souligne la forte imbrication des différents pôles. Céder le frais aura un impact fort sur les deux autres.

 


Face à un « dépeçage organisé », dixit la CGT, le syndicat appelle le gouvernement à une mise sous tutelle du groupe afin de rechercher une solution de reprise globale. Ce qui suppose la tenue d’une table ronde impliquant les autres acteurs de la filière avicole. Enfin, aucun des syndicats ne sait quel est le contenu exact du plan de continuation.

 


De son côté, la CFA appelle le tribunal de commerce à prendre en compte la cohérence des filières avicoles régionales qui permettra de maintenir le maximum d’emplois, notamment pour la région Nord Picardie. Elle rappelle aussi l’importance à régler l’intégralité des créances dues aux éleveurs (de l’ordre de 15 millions d’euros). Charles Doux s’est engagé à en régler la moitié à la fin du mois de septembre.

 


La décision du Tribunal de Commerce est attendue pour vendredi 7 ou lundi 10 septembre, le 10 étant la date officielle de liquidation des outils non repris.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Réussir Aviculture se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Question du mois

Tient-on suffisamment compte des mycotoxines dans les aliments composés?

Répondez à la question

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 22 unes régionales aujourd'hui