Réussir Aviculture 18 novembre 2014 à 08h00 | Par Propos recueillis par Pascal le Douarin

« Au plan européen, le lobbying est indispensable » estime Paul Lopez

Nouveau président de l'Avec (1), la structure de lobbying des industriels avicoles européens, le Français Paul Lopez entend garder la confiance des consommateurs européens, tout en défendant les intérêts de la production et de la transformation.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Paul Lopez dirige la branche volaille du pôle animal de Sofiprotéol. Entré chez Boscher Volailles en 1990, 
il a participé au développement de 
cette filière avec l’arrivée de Volailles 
de Keranna en 2000 et de Volailles 
de Blancafort en 2012.
Paul Lopez dirige la branche volaille du pôle animal de Sofiprotéol. Entré chez Boscher Volailles en 1990, il a participé au développement de cette filière avec l’arrivée de Volailles de Keranna en 2000 et de Volailles de Blancafort en 2012. - © P. Le Douarin

. Auprès de qui intervient l’Avec ?


Paul Lopez - « L’Avec est surtout en relation avec la Commission européenne et ses services. Il faudrait aussi renforcer l’action auprès du Parlement européen, mais cela nécessite beaucoup plus de temps. Nous sommes présents à Bruxelles pour apporter notre expérience de la vie économique de notre secteur, parfois face à d’autres groupes de pression qui peuvent véhiculer une image négative de nos productions animales. Il nous faut donc agir transversalement avec d’autres filières ou d’autres métiers. »


. L’association parvient-elle à unifier les intérêts de ses membres ?


P. L. - « Quatre-vingt-dix pourcents des sujets sont consensuels parce que la problématique est la même quel que soit le pays. C’est une bonne base de travail ! Pour les 10 % restants, nous débattons. Des différences existent entre l’Europe du Nord et celle du Sud. À mi-chemin, la France a un rôle à jouer. Le dossier de l’étiquetage de l’origine est un des sujets délicats pour le consensus. Au-delà de positions parfois divergentes, chacun peut défendre ses intérêts nationaux à travers d’autres structures (Breiz Europe ou France Agro Europe par exemple). En adhérant à l’Avec, on ne perd pas son identité nationale. »


. Quel est votre programme pour ce premier mandat de deux ans ?


P. L. - « D’une part, promouvoir, développer et défendre la production et la transformation en Europe. D’autre part, faire en sorte que nos métiers et nos produits gardent la confiance et la préférence des consommateurs européens. Je milite pour le respect de règles « identiques » et non « équivalentes » sur les produits importés des pays tiers. Il faut que les conditions de production de ces filets de poulet importés soient strictement les mêmes qu’en Europe. Aujourd’hui, l’Union européenne raisonne par équivalence, dans le cadre de discussions sur les barrières non tarifaires. Ce qui constitue une distorsion préjudiciable à la filière avicole européenne. »


. Quels sont les trois dossiers européens prioritaires ?


P. L. - « L’accord TTIP USA-Europe, les viandes désossées mécaniquement et la réglementation sanitaire, dont les projets de la Commission européenne sur Campylobacter.
Concernant le TTIP, les Américains et certains Européens essaient de faire accepter des équivalences sur la décontamination des carcasses pour contourner l’interdiction de chloration.
Sur la question des viandes désossées mécaniquement, nous cherchons à faire comprendre que depuis vingt ans la technologie a changé et que le règlement actuel comporte des lacunes. Nous essayons de faire préciser des points du texte. Le problème tient au fait que ces viandes désossées sont considérés comme « VSM » (viandes séparées mécaniquement) alors qu’elles conservent toutes les caractéristiques du muscle. Les clients de l’industrie agroalimentaire refusent cette mention dans la liste des ingrédients des produits élaborés.
Par rapport aux toxi-infections alimentaires, le dossier Campylobacter est très discuté. Nous sommes d’accord pour y travailler, mais nous demandons de mieux connaître le germe (causes, conséquences, remèdes) avant de nous voir imposer des règles coûteuses et pas forcément efficaces. Donnons-nous du temps pour mettre en route les actions adéquates, en s’inspirant du succès de notre démarche des vingt dernières années en matière de lutte contre les salmonelles. »



(1) Association européenne des industriels de la viande de volaille.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Réussir Aviculture se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Actualités
Prochaine brève

10 brève(s) » voir toutes

Question du mois

Tient-on suffisamment compte des mycotoxines dans les aliments composés?

Répondez à la question

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

Voir tous

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 22 unes régionales aujourd'hui