Réussir Aviculture 16 janvier 2013 à 11h44 | Par P. Le Douarin

Activité découpe de dinde - Beldis en redressement judiciaire

Déclarée en cessation de paiement, l’entreprise Beldis de Saint Brandan (Côtes d’Armor) a été placée en redressement judiciaire le 9 janvier et en observation pour une durée de 6 mois.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Beldis découpe environ 7000 tonnes de carcasses de Dinde par an, produites par les éleveurs coopérateurs d'UKL-Arrée
Beldis découpe environ 7000 tonnes de carcasses de Dinde par an, produites par les éleveurs coopérateurs d'UKL-Arrée - © P. Le Douarin

La société Beldis découpe des carcasses de dindes (l’équivalent de 150 tonnes de vif en moyenne), dont la majorité en vendue en frais et l’autre transformée en produits élaborés cuits. Pour l’exercice clos fin juin 2011, la perte était d’environ un million d’euros avec 17,6 millions de chiffre d’affaires. Son chiffre d’affaires oscille entre 15 et 17 millions.

 

« Nous ne pouvions plus soutenir une activité chroniquement déficitaire, résume Gwénaël Tanguy, directeur général de Beldis et de la coopérative UKL-Arrée de Languidic (56).

En effet, depuis fin 2011, Beldis appartient en totalité à UKL, qui détenait 34 % du capital auparavant.

 


Le dépôt de bilan intervient dans un contexte doublement difficile.

 

D’une part, le secteur de la transformation de la dinde est en crise avec des surcapacités industrielles et un débouché de la viande découpée qui se réduit au profit du poulet.


D’autre part, après la mise en redressement judiciaire de Doux, la coop a dû se séparer de plusieurs activités : productions végétales – nutrition animale – magasins libre-service agricole et énergies.

 

« Nous allons restructurer nos activités vers les produits élaborés » annonce Gwénaël Tanguy, sans avoir à investir. Une ligne de fabrication de produits élaborés a été mise en service en 2008. En septembre 2009, l’ancien dirigeant Louis Béziau déclarait au journal Le Télégramme que son objectif était de développer de nouveaux marchés et d’augmenter les tonnages.

Fin 2009, Beldis employait 74 salariés contre 53 personnes actuellement. Des licenciements seront prononcés suite à la réduction ou à l'arrêt de l’activité vente de viande fraiche.


Au delà de la restructuration de Beldis, se pose la question de l'avenir de l'activité dinde au sein de la coop UKL-Arrée.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Réussir Aviculture se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Actualités
Prochaine brève

10 brève(s) » voir toutes

Question du mois

Tient-on suffisamment compte des mycotoxines dans les aliments composés?

Répondez à la question

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

Voir tous

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 22 unes régionales aujourd'hui